Le massacre des Haïtiens en République Dominicaine: 83 ans déjà!

(TripFoumi Enfo) – Ce mois d’octobre 2020 ramène le 83ème anniversaire du massacre des Haïtiens en République Dominicaine. Cette boucherie a eu lieu en 1937 sous les gouvernements de Rafaël Léonidas Trujillo Molina, président dominicain, et de Sténio Joseph Vincent, président d’Haïti.

Près de 37,000 civils haïtiens, travaillant dans des plantations, ont été massacrés en octobre 1937 sous l’ordre du président dominicain d’alors, Rafël Leónidas Trujillo Molina, dictateur de son état. Ce carnage porte aussi le nom de massacre de « Persil ». Les Haïtiens, quant à eux, le surnomment kouto a (le couteau).

Les Américains quittent définitivement Haïti en 1934, après 19 ans d’une occupation brutale. Trois ans après, soit en 1937, la nouvelle faisant état d’environ 37,000 Haïtiens tués a secoué la première nation noire du monde.  » L’occupation américaine et les tueries perpétrées pendant 19 ans inspirèrent le dictateur Rafaël Léonidas Trujillo Molina à massacrer plus de 37,000 Haïtiens », commente Joël Léon dans son texte publié le 25 octobre 2012 dans « mondialisation.com, à l’occasion du 75ème anniversaire du massacre.

« Avec l’invasion suivie d’occupation d’Haïti par les Etats-Unis, le mythe de l’invincibilité haïtienne, analyse-t-il, fut volé en éclat avant d’ajouter que les Américains ont massacré, eux aussi, des Haïtiens, par des pratiques horribles, du fait que ces derniers avaient osé s’exprimer en français.

Le pretexte utilisé par les autorités domicaines pour commettre ce bain de sang, c’est qu’il aurait existé une tendance à l’haïtianisation de la frontière par l’arrivée massive des civils haïtiens, auccusés par le président Trujillo de voleurs de bœufs et de fricoteurs. En vrai, ils ont été nombreux, les Haïtiens, issus pour la plupart dans des milieux paysans, à s’être installés en République Dominicaine, à cause de l’occupation américaine. Ainsi, l’ordre a été attribué aux forces militaire et policière de tuer plus 20. 000 Haïtiens.

En ce qui à trait au déroulement de cette tuerie, cela s’est passé dans l’intervalle du 2 au 4 octobre 1937, selon certains Historiens. Les bras armés dominicains ont réuni des Haïtiens près de la rivière Dajabon et ils les ont abattus à coups de machette. Avant d’être tués, ces immigrés avaient eu pour obligation de prononcer le terme « persil ». Si le « r » du mot n’est pas roulé au moment de la prononciation, c’est la mort, car il s’agissait d’une façon pour les soldats dominicains d’identifier les vrais Dominicains à ceux qui ne l’étaient pas.

À rappeler qu’en 1822 Haïti avait envahi la partie espagnole de l’île, donc actuellement la République Dominicaine, où le président Jean Pierre Boyer avait sous sa responsabilité l’île entière et ce, pendant 22 ans. Le massacre des Haïtiens en République Dominicaine serait, de ce fait, le produit de cette invasion, comme une sorte de vengeance, selon plus d’un.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker