Le soldat Coffy sort le grand jeu

(TripFoumi Enfo) – Le pays est pétrifié par les séances répétées de pays locks vers la fin de l’année de 2019. La crise sanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus a entraîné dans sa roue une crise socio-économique sans précédent dans les familles Haïtiennes. Chaque jour, un peu plus des milliers d’haïtiens tombent dans la pauvreté. Le dollar, la cherté de la vie, l’insécurité, tous les indicateurs sont en rouge. Il fallait intervenir en urgence, le gouvernement sort sa dernière carte et fait appelle au valeureux soldat Coffy.

Jonas Coffy, étant actuel Ministre du Commerce et de l’Industrie, mène un combat contre la vie chère et aussi contre les agents, dits spéculateurs, qui la provoquent. Il montre ses griffes et sort le grand jeu. Il fixe, il règle, il sanctionne et il affiche. Coffy prend le contrôle de la partie. Le gouvernement s’en réjouit. Le chef de l’État s’est même exprimé sur les changements et les actions devant opérer par le Soldat Coffy. Le gouvernement passe mieux dans l’opinion publique. Car, faire baisser le dollar, cela aura sûrement un impact majeur sur les prix des produits et améliorera le sort des consommateurs.

Tout cela est une stratégie de communication, pour certains, car disent-ils, le régime PHTK tente de reconquérir le cœur d’un électorat perdu depuis plus de deux ans avec les séries de mouvements contre le pouvoir en place. Pour d’autres, c’est de la pure démagogie politique, si le gouvernement aura à fixer les prix, il aurait pu le faire pour le salaire minimum, les produits pétroliers et les prix des courses de transport en commun. Pour eux, l’exécutif n’a aucun contrôle sur les biens et services.

Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince rappelle, dans un communiqué publié en date du 14 octobre 2020 que tous contrevenants, à la circulaire du ministère du commerce et de l’industrie fixant les prix des produits seront punis conformément à la loi du 20 décembre 1946 sanctionnant le délit de spéculation illicite. En 1946, on était dans la période d’après guerre, pour protéger les consommateurs, il fallait que l’État achetât et fixât les prix.

Illégal ou pas, le soldat Coffy fait le grand jeu et le gouvernement prend une malheureuse avance dans l’opinion publique. Dans les différents quartiers de Port-au-Prince, beaucoup de gens ont complimenté le gouvernement vue au constat des prix des produits revus à la baisse. Mais, selon ce dicton de la bible, l’homme ne vit pas seulement de pain.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker