17 octobre: Pari réussi pour l’opposition

(TripFoumi Enfo) – Comme tant attendu, l’opposition a réussi la journée de mobilisation annoncée, qui coïncide avec la date de l’assassinat de l’empereur Jacques 1er, ce 17 octobre. Beaucoup de partisans et sympathisants de l’opposition politique ont pris part aux différentes activités prévues pour l’occasion. Malgré vents et marées, l’opposition a réussi le pari.

Plusieurs figures de proue ont marqué leur présence. Tôt dans la matinée, Me André Michel, avocat-militant et membre du Secteur Démocratique et Populaire, fut le premier à faire son apparition au Champ-de-Mars avant de se rendre au Carrefour de l’aéroport baptisé « Kafou rezistans ». D’autres personnages publics et militants de l’opposition ont été aussi repérés sur place, parmi eux: les anciens sénateurs Nénel Cassy et Antonio Chéramy ainsi que Réginald Dumé de Pétro-Challenger Populaire pour n’en citer que ceux-là.

La manifestation a démarré vers les 10h du matin, partant du Carrefour de l’Aéroport passant sur la route de Delmas pour se diriger vers Pétion-Ville. Mission quasiment impossible face aux pressions des individus lourdement armés et identifiés comme proches de la Présidence. Tout le long du parcours, ils ont réitéré leurs demandes et leurs revendications qui n’ont pas changé: la démission du chef de l’État; justice pour les victimes des massacres perpétrés dans les quartiers populaires dont La Saline et Bel-Air; le procès petrocaribe, justice pour Me Monferrier Dorval et le jeune étudiant Grégory Saint-Hilaire.

Le chef de gang Jimmy Chérisier plus connu sous le sobriquet de “Babekyou” a été aussi leur cible pour ses propos tenus le jeudi dernier sur cette journée de manifestation. Les manifestants dénonçaient Jovenel Moïse qui serait de mèche avec les puissants chefs de gang du pays, en particulier ceux qui font partie du G-9 dirigé par Babekyou.

Par ailleurs, quelques incidents ont été enregistrés: au moins trois blessés par balle dont un policier, membre du SPNH et une autre personne par jet de pierres.

Parallèlement, Au champ-de-mars, La police a fait usage excessif de gaz lacrymogènes afin de disperser la foule qui se mettait à grossir. Pour l’instant, aucun bilan officiel n’a été communiqué par les responsables.

Arrivés à Delmas 60 un cordon de sécurité a été mis en place par les forces de l’ordre pour empêcher les manifestants d’atteindre le cœur de Pétion-Ville où se concentre le poumon de l’économie du pays depuis le passage du séisme dévastateur du 12 janvier 2010. Les protestataires ont tenté de résister vainement, car ils allaient être violemment dispersés à coup de gaz lacrymogènes par des agents de la Police Nationale d’Haïti.

Mais, sur l’ensemble de la journée ; l’opposition a réussi son pari. La population a répondu à l’appel. Elle peut se vanter d’avoir toujours le droit de convocation. Selon plusieurs citoyens avisés, l’opposition a marqué deux bons points pour cette journée historique. 1- Le chef de l’État a été contraint de se rendre au Pont-Rouge en dépit des dispositifs paramilitaires visiblement constatés.
2- La population a minimisé les déclarations de guerre du Caïd de Delmas 6 Jimmy Chérizier pour fouler tranquillement le macadam.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker