Nicolas Sarkozy inculpé pour association de malfaiteurs

(TripFoumi Enfo) – Le Parquet financier de Paris a annoncé, vendredi 16 octobre, la mise en examen de l’ancien président Nicolas Sarkozy, pour association de malfaiteurs. Ce, à la suite de la découverte de nouveaux indices sur le financement illégal de sa campagne électorale de 2007 par le régime de Mouammar Kadhafi .

L’ancien président français a été inculpé, ce vendredi 16 octobre, dans l’affaire de financement illégal de sa campagne électorale de 2007. Cette décision a été prise à l’issue de 4 jours d’interrogatoire, a fait savoir le Parquet National Financier (PNF).

Instruit par les Juges d’Instruction Aude Buresi et Marc Sommerer, qui ont succédé à Serge Tournaire, les nouveaux indices découverts par les magistrats ne cessent d’accrocher M. Sarkozy. Il a déjà été mis en examen, depuis mars 2018, pour corruption, recel de détournements de fonds publics et financement illicite de campagne électorale. Ce qui lui valu d’être placé sous contrôle judiciaire.

Faute de preuves irréfutables, les magistrats se sont alors intéressés à des transactions suspectes effectuées par des proches de M. Sarkozy. Selon Mediapart, Thierry Gaubert, l’un de ses proches collaborateurs, « avait touché 440 000 euros des fonds libyens sur un compte secret ouvert aux Bahamas, par le biais d’une société de l’intermédiaire Ziad Takieddine”. La moitié de cette somme a été retirée en cash peu de temps avant l’élection de Sarkozy.

Cette affaire constitue une nouvelle épisode dans ce marathon juridique de l’ancien chef de l’Etat qui va devoir se défendre dans les prochains mois deux procès historiques. L’un démarrera au mois de novembre prochain pour «corruption» avec son avocat Thierry Herzog et l’autre, l’affaire Bygmalion, qui débutera en mars 2021 où il comparaîtra pour avoir dépassé le plafond des dépenses autorisées lors de la présidentielle de 2012.

De son côté, M. Sarkozy a clamé, comme auparavant, son innocence: « J’ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupéfaction (…). Mon innocence est à nouveau bafouée par une décision qui ne rapporte pas la moindre preuve d’un quelconque financement illicite », a-t-il déclaré dans un message publié sur Facebook.

A rappeler que l’enquête a été ouverte après les révélations de Mediapart en 2012. Ces informations allaient être confirmées en novembre 2016, par l’homme d’affaires libyen Ziad Takieddine, mis en examen dans cette affaire. «ll avait affirmé avoir remis entre fin 2006 et début 2007, 5 millions d’euros à M. Sarkozy », alors ministre de l’Intérieur, et à Claude Guéant, son directeur de cabinet.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker