Opposition/Conflits : Me André Michel rejette d’un revers de main les accusations fantaisistes et intéressées de Dieuseul Simon Desras

(TripFoumi Enfo) – La branche dite radicale de l’opposition ne cesse d’attirer l’attention depuis déjà un mois. Que ce soit avec la démission du sénateur Kelly C. Bastien il y a un mois, ou encore les accusations récentes lancées par Dieuseul Simon Desras à l’encontre des membres de l’opposition. Intervenant au micro de Valéry Numa ce vendredi 30 octobre 2020, le porte-parole du Secteur nie toutes formes d’accusation et promet de communiquer sous peu le calendrier des prochaines mobilisations populaires.

Considérée comme à l’origine du déchirement actuel au sein du Secteur démocratique et populaire (SDP), la démission du sénateur Bastien fut retenue d’entrée de jeu. Me André Michel, seul intervenant à ce propos, réaffirme l’idée selon laquelle le désormais ex membre du Secteur n’a jamais été mandaté pour rencontrer le dirigeant du parti PHTK, M. Liné Balthazar.

Une position qui sera maintenue jusqu’au bout. André Michel tentera de l’expliquer par une volonté manifeste de plusieurs, notamment le régime en place, à détruire le SDP. Et ceci, sans « tomber dans le caniveau des attaques personnelles ». Autrement dit sans avoir recours à la méthode du tac au tac pour ne pas entraver les relations humaines qui, selon lui, vont au-delà du combat politique.

Ainsi, l’ex-candidat à la présidentielle affirmera que loin d’être un problème de rencontre du Sénateur Bastien avec M. Balthazar, il s’agit plutôt d’un problème de latence. Justement, des « anciens camarades » aux côtés desquels le porte-parole du Secteur dit avoir politiquement combattu dans le temps auraient pensé qu’il s’agirait « d’une course de 100 mètres » et que tout aurait pris fin au bout de seulement 3 manifestations environ. S’étant au contraire aperçu qu’il s’agit d’un « marathon », ils ont choisi de se retirer de la course, lâche Me Michel. Cela dit, le secteur démocratique et populaire n’est en rien responsable de la démission du sénateur Kelly C. Bastien.

Depuis pratiquement trois ans, souligne l’invité de M. Numa, l’opposition a engagé un combat. Lequel, mené sur une « dure ligne », a d’ailleurs conduit au qualificatif d’opposition radicale attribuée au secteur même. Et la stratégie de ce combat, André Michel la dit être très claire. C’est la mobilisation permanente comme instrument de combat pour d’abord atteindre l’objectif fondamental qui est la destruction d’un système « peze souse » générateur de misère sur tout le terroir, et ensuite construire une nouvelle société haïtienne basée sur l’inclusion économique et sociale.

La stratégie définie, des groupes idéologiquement opposés vont alors suivre. D’un côté, mentionne André Michel, certains vont croire que puisque Jovenel Moïse ne peut être délogé du Palais National par les armes, les membres de l’opposition doivent « rentrer dans une cohabitation avec le pouvoir PHTK ». Toutefois, de l’autre côté, il y en ont qui s’opposeront fermement à cette idée, car prisonniers de leur parole, martèle l’avocat de profession.

De ceux identifiés pro-négociation, Kelly C. Bastien en faisait alors partie. Cependant, l’avocat membre du barreau de Port-au-Prince précise qu’il n’a jamais eu de position officielle d’un dirigeant du secteur démocratique désireux d’attaquer le sénateur Bastien. D’ailleurs, aucune note n’a fait suite à la publication de sa lettre de démission. « Je n’ai jamais fait ça, aucun dirigeant du secteur démocratique non plus », insiste-t-il.

La vérité, selon lui, c’est qu’un discours sur une potentielle négociation avec le PHTK faisait son chemin dans l’opinion publique. Un problème, dit-il, de fond commençait à déranger. Et à ce moment-là les dirigeants du Secteur durent intervenir pour faire une clarification au sujet du fait qu’aucun dirigeant ni membre du secteur démocratique n’a de mandat pour entrer en négociation avec le PHTK et alliés autour d’une quelconque cohabitation. C’était un rappel de la position de principe du secteur démocratique et populaire. Mais à aucun moment de la durée, il n’a eu d’attaque personnalisée contre la personne du sénateur Bastien.

Sur cet homme d’un parcours politique différent du sien, Me André Michel rappelle que personne n’a rien personne, même quand on aurait pensé à écrire n’importe soit à son sujet. Car en politique, il faut avoir un minimum de capacité pour supporter toute une série de coups. Étant donné qu’un « homme politique et une femme politique sont des personnes matures » qui ne peuvent se permettre de réagir sur tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux.

S’agissant ensuite de son ancien collègue Dieuseul Simon Desras, Me Michel déclare simplement que celui-ci possède une liberté d’expression supérieure à la norme. Par conséquent il peut dire ce qu’il veut.

Mais ceci n’empêche pas cela, le porte-parole de l’opposition radicale dément les allégations du sénateur Desars concernant les 9 millions de gourdes qu’auraient empoché les hommes dudit secteur lors des précédents mouvements de « Peyi Lock ». Le sénateur n’a aucune preuve de ce qu’il avance, ajoute le citoyen haïtien regrettant malgré lui ces attaques contre le SDP.

Pour ledit avocat du peuple, ces épisodes de crise témoignent simplement d’une victoire du régime. Le PHTK est parvenu à s’emparer de quelques membres de l’opposition, reconnaît-il. Malicieusement, ce pouvoir est parvenu à « détourner l’attention des membres de l’opposition du groupe G9, du dossier PetroCaribe, du président Jovenel qui veut changer tout seul la Constitution, ou encore des différents massacres de cité soleil et de lasalin ». Mais il ne gagnera pas la bataille politique pour autant.

La mobilisation se poursuivra d’ici la semaine prochaine, promet André Michel. Déjà une activité est prévue pour le dimanche 1er novembre 2020, soit une cérémonie pour saluer entre autres la mémoire des victimes des différentes manifestations depuis trois ans. Et pour le reste des événements programmés, le calendrier des mobilisations sera très bientôt communiqué au public qui aura ainsi droit à plus de détails.

« Le combat continu ». À tous ceux qui, de mèche avec le régime en place, veulent détruire l’opposition, le secteur démocratique ainsi que l’image de membres du Secteur, l’opposant politique les avertit que, politiquement, ils seront vaincus.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker