Après le bac, on va à la morgue

On dit souvent qu’après le bac, on va à la fac. Mais après le bac, Evelyne va plutôt à la morgue. Evelyne, tu es la première victime dont les photos me laissent glisser une larmichette. Ta photo sur laquelle t’es en uniforme, la vidéo virale de ta sœur et la photo de ta séquestration m’ont pris aux tripes. J’ai pleuré oui crois moi sur parole ma jolie #SincèreNaïssa (Identité Facebook).

Tu étais à deux doigts de boucler ton parcours scolaire semé d’embuches entre des journées sans repas et des nuits blanches. Seuls tes proches et toi saviez dans quelle filière universitaire tu te serais inscrite pour poursuivre tes études supérieures, après l’obtention de ton baccalauréat. Oui, sans doute tu avais souhaité t’inscrire dans le supérieur, long ou court. Tu étais à deux doigts de décrocher ton diplôme de fin d’études secondaires, sonnant comme une médaille d’or pour ta persévérance scolaire. Réussir à atteindre la classe terminale pour une jeune fille issue d’un quartier pauvre comme moi, ça ne se fait pas en criant ciseaux. Tu y as rencontré différents obstacles et défis en déployant des efforts physiques importants. Tu avais le courage nécessaire pour affronter les jours de classe et faire aussi face aux périodes de turbulence couvrant plusieurs sphères de ta vie.

Mais au bout du tunnel, t’as craqué. Des jeunes de ton pays qui auraient dû être des employés, des universitaires, des entrepreneurs t’ont enlevée, séquestrée, bâillonnée, violée, torturée, tuée puis jetée aux ordures comme une chienne morte. Si tu avais soufflé à ta soeur et tes amis que tu avais voulu quitter le pays pour aller chercher l’eldorado au Chili, ils t’en auraient découragée. Moi aussi je t’aurais dit de rester pour aider à rebâtir Ayiti. Au lieu d’aider à rebâtir Ayiti, la nouvelle de ta mort a plutôt provoqué une onde de choc et fait trembler les vestiges, les débris d’un pays détruit par les politiques et leurs gangs.

Au Chili, tu aurais peut-être eu un meilleur lendemain qui sait ? Tu es la preuve vivante que notre vie dans ce pays ne tient qu’à un fil, celui des bandits. Dans les jours qui viennent, les fourmis viendront t’annoncer les résultats. Peu importe les mentions AD, AJ, EL tu étais déjà éliminée. Tu ne sauteras pas de joie devant les résultats placardés sur le mur de ton lycée. Mais une chose est sûre, tu apprendras ton admission sous terre.

Repose en paix Evelyne Sincère !!!!

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker