Le Journaliste malhonnête et le Bandit sont des oiseaux de même plumage

(TripFoumi Enfo) – S’il y a une personne dans la République dont il faut se méfier, c’est l’Analyste politique malhonnête. C’est un manipulateur aguerri, dans un pays où l’analphabétisme est sur pied de guerre. Grand metteur en scène, il sait toujours comment jouer et comment agir face à toutes les situations. Il joue à être un homme de conviction, au fond c’est un petit opportuniste, un caméléon, un homme superficiel. De manière itérative il répète dans ses émissions pouvoir parler d’égal à égal avec quiconque mais dans quelques salons il est ouï-dire qu’il baisse la tête devant ses patrons. La dignité, il ne connaît pas. L’honnêteté, il ne connaît pas.

Il chatouille tout homme au pouvoir mais diabolise l’opposition. Il critique outrageusement les casseurs de vitres des voitures lors des manifestations de rue mais ferme les yeux sur la mort d’un manifestant, surtout quand ce dernier vient des quartiers populaires. Se croyant plus digne qu’il ne l’est en réalité, il critique le Bandit. En fait, il souffre sans même le savoir d’une overdose de bassesses pour s’être comporté depuis toujours en chien de garde du système. La question qu’il convient de se poser : est-il différent du Bandit ? Ces lignes ont pour objectif de prouver que le Bandit et l’Analyste politique malhonnête sont des oiseaux de même plumage.

En vérité je vous le dis, la différence entre le Bandit et l’Analyste politique malhonnête n’est que superficielle. Le premier utilise une arme à feu pour rançonner la population tandis que le second utilise un micro pour rançonner la présidence. Le Bandit s’enveloppe du manteau « map fè sosyal » pour mystifier la communauté dans laquelle il évolue tandis que l’Analyste politique malhonnête ne cesse de trafiquer l’étiquette de l’objectivité et de faire la fausse honnêteté pour amadouer l’auditoire. Autant qu’une balle peut tuer un individu, une information manipulée peut provoquer une tuerie dans une communauté.

Le Bandit kidnappe pour libérer contre rançon, s’introduit nuitamment dans les maisons pour piller tandis que l’Analyste politique malhonnête fait pression à toute heure de la journée sur les directeurs généraux, les ministres barbotant dans la boue de la corruption pour leur soutirer de l’argent. Le Bandit détourne les camions de marchandises pour les partager avec le peuple affamé et monter son petit business tandis que l’Analyste politique malhonnête détourne tout mouvement de protestations du droit chemin pour grappiller quelques dollars du gouvernement et de la bourgeoisie afin de se la couler douce.

Le Bandit part d’un rien, sinon que de son arme, pour se construire une richesse dans les quartiers défavorisés tandis que l’Analyste politique malhonnête, à partir d’un rien, sinon que son micro liquidé et son art à faire du marchandage, franchit les paliers sociaux. Le Bandit est victime de l’emprise manipulatoire du pouvoir politique et économique qui le prive de ses besoins les plus élémentaires. L’Analyste politique est victime de l’oligarchie médiatique qui lui verse un salaire de misère incapable de répondre à ses besoins les plus élémentaires. Par conséquent les deux sont des victimes du modèle d’organisation de la société. D’ailleurs ils ont pratiquement le même patron. Pour comble d’infortune, le premier est le plus haï de la société, le second est le plus aimé pendant qu’ils s’adonnent au même travail : détruire.

Haïtiens, Haïtiennes, soyez plus intelligents, cessez d’être la dupe naïve de ces aloufas ! Dans chaque discours, lutte politique, apprenez à discerner vos intérêts ; à identifier vos vrais défenseurs, vos adversaires. Comprenez que si le
système que vous dénoncez a perduré pendant tout ce temps, c’est parce qu’il est légitimé par les classes dominantes y compris l’oligarchie médiatique. Et pour terrasser ce système, il faut sensibiliser cette grande masse d’hommes et de femmes confinés dans l’étau de la pauvreté. Ils sont les seuls, de par leur situation sociale, capables de balayer le système.

Identifiez ceux et celles qui ont le paradis dans le cœur. Ils seront très utiles dans la construction de la société égalitaire tant espérée. L’un des moyens d’y parvenir c’est en observant la façon dont ils traitent leur servante, gardien de maison. Cela vous donnera une idée de leur humanité ; de leur possible contribution au perfectionnement de l’humanité. Ne considérez comme humain à part entière quelqu’un qui pendant que son fils suce la crête exquise de la lune, fréquente de grandes écoles, sous ses yeux le fils de sa servante ou de son gardien de maison suce aux mamelles du néant, passe d’égout en égout jusqu’au dégoût de la vie pour finalement sombrer dans toutes sortes de malversations.

Cultivez de la pitié pour un journaliste qui sauve un salaire dans un média. Il ne fait qu’éviter les dures lois du chômage. Il ne doit être la source de votre principale préoccupation, mais plutôt l’oligarchie médiatique qui se positionne toujours du côté de l’Elite économique. C’est pourquoi, les journalistes haïtiens retrouveront leur crédibilité, leur légitimité d’antan, seront à nouveau porte-parole de l’opinion publique, le jour où l’oligarchie médiatique haïtienne, qui actuellement ne représente ni la société ni l’opinion, suspendra sa sordide servilité devant le pouvoir politique, économique.

Vous qui êtes dépourvus de la plus élémentaire des dignités, vous devez vous battre même en étant à genou. C’est un impératif de mener la lutte contre ce système injuste et anti-développement aux fins de votre émancipation totale. En menant cette lutte vous vous éduquez et instruisez. De la sorte vous préparez un lendemain meilleur, grâce à votre intelligence.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker