Le règne de Dadou semble prendre fin après deux décennies d’abus à la FHF

(TripFoumi Enfo) – Près de 180 jours se sont écoulés depuis que le président de la Fédération Haïtienne de Football, Yves Jean-Bart a été suspendu provisoirement par la Fifa en attendant une enquête sur les allégations selon lesquelles il aurait abusé sexuellement de jeunes footballeuses logeant au Centre Technique de la Croix-des-Bouquets.

En janvier dernier, le patron de la radio Galaxy a été réélu sans trop difficulté pour un sixième mandat, contrairement aux statuts de la FIFA qui recommandent que les présidents de fédération ne remplissent pas plus de trois mandats.

En avril dernier, le journal anglais The Guardian, a publié plusieurs articles qui ont détaillé les accusations de mauvais traitements infligés aux femmes et aux jeunes filles. Les allégations que l’ancien journaliste sportif avaient rejetées d’un revers de main.

Lors de la publication en avril dernier du premier article du journal « The Guardian » détaillant les accusations selon lesquelles il aurait contraint plusieurs joueuses du ranch de la Croix-des-Bouquets à avoir des relations sexuelles avec lui au cours des cinq dernières années, l’homme de 73 ans a clamé son innocence et les a décrites comme clairement une manœuvre visant à déstabiliser la FHF, le caractère du président et sa famille.

« Ces fausses accusations sont aussi criminelles que la pratique des abus sexuels sur les enfants », a t-il ajouté.

Si l’objectif des détracteurs vise à s’emparer de la FHF sans passer par le processus électoral, qu’ils le disent haut et fort ! », conclut-il

En août, il a été suspendu pour 90 jours supplémentaires, la décision finale de la FIFA n’étant toujours pas claire. Mais vendredi, alors qu’il ne restait plus que 24 heures avant la fin de cette période de suspension, le comité d’éthique de la FIFA a finalement rendu son verdict : Jean-Bart a été radié à vie de toute activité liée au football. L’homme fort du football haïtien a été reconnu coupable d’avoir utilisé sa position pour harceler et abuser sexuellement des joueuses, y compris des mineures. Il a été condamné en plus à une amende de 1 million de francs suisses.

L’ancien président a déjà annoncé son intention de faire appel devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) en Suisse, en décrivant la décision de la FIFA de parodie de justice.

Jeudi dernier, peut-être pour tenter de devancer la décision de l’instance dirigeante du football mondial, la justice haïtienne avait innocenté le médecin sous prétexte qu’aucune victime présumée ne s’est manifestée publiquement.

Rappelons que Haiti a été classée comme l’un des pays le plus corrompu au monde par Transparency International. Il faut noter également q’une femme sur trois âgée de 15 à 49 ans a subi des violences sexuelles.

Le président étant dans l’attente de son appel devant le TAS, Joseph Varieno Saint-Fleur, l’un des vice-présidents de la fédération reste en charge provisoirement. Cependant, la FIFA devrait mettre en place un Comité de Normalisation. Monique André, la seule
femme membre du comité exécutif de la fédération, devrait être candidate pour le remplacer.

Après deux décennies marquées par la tromperie et le scandale, il y a au moins un espoir d’un avenir meilleur pour les jeunes footballeuses haïtiennes.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker