L’un des deux jeunes fauchés par la patrouille BOID est décédé

La machine infernale du pouvoir Jovenel Moïse /PHTK continue de faire des victimes au sein de la population qui réclame de meilleure condition de vie. Fauchés intentionnellement par une patrouille BOID, lors de la manifestation du 18 novembre, l’un des deux jeunes, qui étaient sur la moto, est décédé.

Ce jeune rejoint la longue liste des personnes tuées lors des dernières manifestations anti-Jovenel/PHTK depuis les mouvements pays-lock, en 2018. La seule infraction que ce jeune homme a commise; est qu’il manifestait. Un autre jeune a été tué d’une balle à la tête non loin du Kiosque Occide Jeanty.

La Police Nationale d’Haïti (PNH) a dressé le bilan de la manifestation anti-gouvernementale organisée le 18 novembre à l’occasion des 217 ans de la célébration de la Bataille de Vertières. Selon le porte-parole de la PNH, Michel-Ange Louis-Jeune, un (1) mort, trois (3) blessés, dont trois policiers victimes de jets de pierres en faisaient partie. Cinq (5) personnes ont été arrêtées.

La police n’a pas pris en compte les deux jeunes, qui étaient sur la moto, visiblement fauchés par les policiers BOID qui étaient à bord d’un véhicule « Pickup Zoreken ». C’est honteux qu’un pouvoir fasse cet usage de la Police Nationale d’Haïti.

En attentant que justice soit rendue, la société devra se révolter de ces actes barbares. Entre-temps, des leaders de l’opposition se chamaillent et se lancent des injures pendant que des jeunes se font tuer dans la rue pour une cause qu’ils prétendent porter et défendre.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker