Accusés de vol de bœufs, six individus brûlés vifs par des membres de la population de Léogane

(TripFoumi Enfo) – Les cadavres de six personnes ont été retrouvés le week-end écoulé, à Petite-Rivière. Parmi eux, celui d’un boucher de la section communale, qui selon le témoignage d’un natif de la région, était de mèche avec les présumés voleurs de bovins. Épinglés par des membres de la population léoganaise, les larrons ont été brûlés vifs sous le regard impuissant des autorités locales.

S’ils sont 6 à avoir subi la colère des gens de la localité de Kankrab, ils ont quand même été 7 au départ. Quatre d’entre eux ont d’abord été agrafés par une brigade de surveillance nocturne de la section communale de Léogâne, Petite-Rivière. Ceux-ci calcinés au feu à l’aube du dimanche 22 novembre, les deux autres le seront un peu plus tard, après leur capture.

Contrairement aux quatre précédents, le reste de la bande était à bord d’une voiture dite « officielle » de par sa plaque d’immatriculation. Les individus coincés aux environs de Mariani, l’un d’entre les trois a réussi à prendre la fuite et par la même occasion, réussi à échapper aux flammes de la justice populaire.

Loin d’être une première à Petite-Rivière, le vol des bœufs est devenu un véritable fardeau pour les habitants de la section communale. Depuis plusieurs mois déjà, gens assistent à contrecoeur au dépérissement de leur bétail. Au matin de leur réveil, ils ont à maintes reprises été obligés de constater le reste de leurs bœufs écorchés par les voleurs qui, selon leur mode opératoire, abattent les animaux sur place et repartent avec la viande.

Les habitants fatigués de leurs innombrables démarches sans suite auprès des autorités compétentes, n’ont accordé aucune grâce cette fois-ci. En témoigne le responsable du CASEC de la section. Des suites des événements, la police est effectivement intervenue. Mais, affirme le représentant de la loi au niveau de la section communale, la police a dû abandonner les accusés entre les mains de cette population dont la furia lui dépassait.

Après des mois à attendre l’intervention de la justice étatique, à Kankrab, les habitants ont fait ce que l’on peut appeler une démonstration de ce dont peut la justice populaire quand elle veut.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker