La jeune écrivaine Damax Leila François se confie dans Toi-Moi

« Toi-Moi », est le titre du tout premier ouvrage de la jeune écrivaine Damax Leila François. Entre les déboires, les déceptions et les frustrations, Damax Leila François a voulu peindre sa vie sur la fine toile de l’histoire. Celle qui, jadis n’écrivait que pour le plaisir, a fait le choix de se confier à cœur ouvert à travers son livre baptisé « Toi-Moi ». La vente signature est prévue pour le samedi 28 novembre au restaurant entre nous, Delmas 79 à partir de 12h PM.

TripFoumi Enfo : Présentez-vous un peu pour les lecteurs

Leila : Je suis Damax Leila François, je suis née à Carrefour le 27 Novembre 1993. J’ai fait mes études primaires et secondaires chez les Sœurs Salésiennes de Thorland. Après mes études classiques, j’ai étudié la communication française. Je suis une jeune femme simple, compréhensive, discrète, réservée, impatiente, lunatique et méprisante par moment. Je suis déterminée, motivée, quand je désire quelque chose je me bats jusqu’à l’obtenir. J’adore m’amuser, j’aime faire des études, je cherche toujours un nouveau cours, un séminaire. Je suis stricte et disciplinée, c’est d’ailleurs ce qui m’a permis de faire quelque chose de ma vie.

TripFoumi Enfo : Qu’est ce qui vous a poussé à devenir écrivaine ?

Leila : Je dois dire que tout se passe au bon moment même si je dois avouer que ce n’est pas toujours facile d’attendre. Tout s’est passé sur une période de trois mois. J’écrivais pour surmonter mes angoisses, au fur et à mesure quelque chose me revenait, une relation que j’ai eue, une amie qui me manquait, alors j’ai tout mis sur du papier, sans aucune cohérence. J’ai débuté en juin avec les histoires de ma vie et ça commençait à avoir du sens à mes yeux. Ce n’est pas le premier livre ni le premier texte que j’ai écrit mais, je voulais me lancer cette année. C’est comme ça!

TripFoumi Enfo : Vous avez choisi de titrer votre premier ouvrage « Toi-Moi », pourquoi un tel titre ?

Leila : Quand j’ai fini d’écrire le livre, je n’arrivais pas à trouver le titre qui allait faire l’impact que je voulais, mais tout s’est déroulé sur un intervalle de trois mois. L’angoisse que je voulais chasser, l’inquiétude que je ressentais, la peur et la frustration, tout ce que j’ai connu pendant cette période se trouve dans le livre. Je voulais que le titre me rappelle ce que j’ai vécu, ce qui m’a poussé à écrire. Néanmoins le titre devrait faire passer un message, le titre devrait pouvoir donner une idée claire et précise du contenu. Alors sans hésiter j’ai choisi TOI-MOI.

TripFoumi Enfo : Cela vous a pris combien de temps pour accoucher ce livre ? Quels ont été les obstacles ?

Leila : Cela m’a pris trois mois. J’ai commencé en juin parce que je ne pouvais plus tourner en rond toute la journée. En août j’avais déjà une trentaine de page, en septembre je pensais déjà à faire une première publication. Les obstacles ont été nombreux, mais ceux qui m’aident sont tellement déterminés qu’ils avaient toujours une solution, comme s’ils anticipaient tout. La personne qui devrait faire la première correction m’a remis le texte après deux semaines sans rien faire, la personne chargée de faire la deuxième correction m’a remis le texte le 6 novembre avec seulement 11 pages visées. Quand il a fallu que je paie la maison d’édition, tous ceux à qui je devais de l’argent me disaient qu’ils ne pouvaient plus attendre un jour de plus.

L’argent déjà manquant était réduit de moitié. Certaines personnes ont abandonné le projet à seulement un mois de la date de réalisation. Je me souviens encore de cette personne qui m’a dit « radòt sa m li la pa ka pibliye 28 novan’m Damax » j’ai souri, parce que la maison d’édition avait déjà tout organisé, révision, préface, formulaire pour la Bibliothèque Nationale. J’ai répondu, m’ap pibliye radòt mwen an wi!

TripFoumi Enfo : Toi-Moi est un livre qui retrace un peu votre histoire personnelle. A quel moment avez-vous senti la nécessité de raconter ce triste passé ?

Leila : Au moment où j’ai compris qu’il était temps que je publie. Je ne montre jamais mes textes parce qu’ils parlent de moi. Mais allais-je passer à côté de mon plus grand rêve parce que j’ai peur que les autres me connaissent?

TripFoumi Enfo : En quoi ce livre peut-il contribuer à influencer la vie de vos éventuels lecteurs ?

Leila : Les anecdotes que je présente sont suivies d’interrogations, les réponses à ces questions dépendent du point de vue de l’auteur. Cependant, chaque réponse entraînera une nouvelle attitude, une nouvelle vision de certaines situations. Ainsi recoller les morceaux, lâcher prise, avancer, et même s’autoriser un nouveau départ.

TripFoumi Enfo : Avez-vous reçu le support de vos proches et amis ?

Leila : Certainement. Je remercie mes collaborateurs qui ont tout organisé et qui m’ont grandement aidé à alimenter les réseaux sociaux car je n’étais pas trop active. Je ne suis pas surprise de leur engouement, ce sont des personnes avec qui j’avais l’habitude de travailler à l’université ou à l’école classique. En revanche leur foi en moi, cette façon dont ils parlent du livre, de moi, les efforts qu’ils ont consentis, m’a vraiment épaté. C’est une expérience extraordinaire. Je suis entourée de personnes merveilleuses et j’en suis fière.

Par ailleurs, certains gens de mon quartier qui ne me parlaient jamais n’arrêtent pas de me demander : « kilè liv la ap soti ».

La jeune écrivaine Damax Leila François se confie dans Toi-Moi

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker