”Peyi Desalin nan pral fè fas ak listwa pal pa twò lontan” déclare Jean-Charles Moïse après les élections législatives au Venezuela

(TripFoumi Enfo) – Le leader du Parti Pitit Desalin, Jean-Charles Moïse, a participé ce dimanche 6 décembre à l’organisation des élections législatives vénézuéliennes comme observateur international. Il a suivi avec intérêt le déroulement du scrutin jusqu’à la publication des résultats préliminaires.

Jean Charles Moïse continue de supporter ses pairs et amis de gauche. “Le peuple vénézuélien a relevé un grand défi en organisant des élections crédibles en toute sécurité », a déclaré le dirigeant du parti politique Pitit Desalin moins de 24 h après les votes. Par la même occasion, Il a évoqué l’organisation des prochaines joutes électorales en Haïti, qui selon lui, devraient être réalisées d’ici peu.

Jean-Charles Moïse a évoqué l’organisation des élections en Haïti dans un délai proche sans donner de date dans un tweet. Il en a profité pour féliciter le peuple vénézuélien pour avoir réalisé des élections crédibles et en toute sécurité. « Peyi Desalin nan pral fè fas ak listwa pa l pa twò lontan », a écrit l’ancien sénateur du Nord sur son compte Twitter.

Ce tweet a suscité de vives réactions au sein de la société où les internautes et les gens avisés dans le milieu politique à se demander: « Quelle est l’idée fondamentale du message? Y-a-t-il un non dit à travers ce tweet ? Est-ce un ballon d’essai? » Se questionnent plusieurs de nos compatriotes. Alors que le leader du Parti Pitit Desalin multiplie les meetings dans les villes de province, histoire de sonder sa popularité.

Indépendamment des raisons pour lesquelles certains ne veulent pas entendre parler des élections, il est bon de savoir que tout changement de personnel politique, dans un état démocratique, doit se faire par la voie des urnes. Cependant dans un pays aussi sécuritairement fragilisé, politiquement divisé et socialement déchiré, il est impossible de penser à une quelconque réalisation d’élections en cette période de crise. Les cas de kidnapping se multiplient et la prolifération des gangs augmente considérablement dans les différents quartiers du pays. Il faudrait d’abord ramener le calme avant toute idée électorale.

Force est de constater que si les hommes de l’opposition rejettent l’idée qu’il puisse y avoir des élections, c’est parce qu’ils ne font pas confiance à l’administration Moïse-Jouthe et non plus, selon eux, une échéance constitutionnelle est arrivée pour faire place à une transition historique de rupture qui aura pour mission, dont on cite les grands axes: Conference Nationale; Procès des massacres perpétrés dans les quartiers populaires; Procès de la dilapidation des fonds Pétrocaribé et aussi la réforme constitutionnelle par voie référendaire.

Quant à Jean-Charles Moïse, l’organisation électorale est pour bientôt. Il est impensable qu’il n’y ait pas d’élections, d’après lui. L’ex sénateur ne sait pas encore quelle position adoptée face à cette crise. Tantôt il voit la nécessité d’un gouvernement de transition pour mettre le pays sur la voie du changement. Tantôt il appuie l’idée d’organisation de prochaines joutes électorales. Si l’on se réfère à un tweet de Jean-Charles Moïse publié en date du 27 novembre de cette année, on voit que le leader du Parti Pitit Desalin joue à un double jeu. “*Nou apiye Rezolisyon 21 dawout la pou yon tranzisyon, * a posté sur Twitter le 27 novembre dernier. Dans un autre tweet en date du 8 décembre, il croit qu’il y aura bientôt d’élection dans le pays mais ce dernier n’a précisé aucune date.

Du côté de Core Group, organisation constituée des représentants de l’ambassade américaine, de France, du Canada, du Brésil, de l’Espagne, d’Allemagne, de l’Union Européenne et des représentants spéciaux de l’ONU et l’OEA, croit que l’organisation électorale en Haïti est imminente pour un retour à l’ordre démocratique afin de permettre à tous les pouvoirs de jouer leur rôle. Mais pour l’un des conseillers spéciaux du président Jovenel Moïse, Guichard Doré, il est impossible d’organiser les élections l’année prochaine. 2021, Une année qui s’annonce très difficile.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker