“Nou p ap viv non timoun”, Gaëlle Bien-Aimée poursuivie par le stress de l’insécurité

(TripFoumi Enfo) – Le stress de l’insécurité touche tout le monde, frappe à toutes les portes d’Haïti. Quoi qu’on fasse, il vous suit un peu partout, vous empêche parfois de mener à bien vos activités. Et c’est ce qui est arrivé ce 11 décembre 2020 à la comédienne Gaëlle Bien-Aimé; sur Twitter, elle raconte son vécu.

Alors qu’elle était allée acheter quelque chose à manger, la comédienne s’est laissée emporter par le plaisir que lui procure son achat. Assise en toute quiétude, elle déguste ce que la marchande lui a offerte dès son arrivée, «an bon kliyan», rapporte-t-elle. Un instant après, elle se rappelle de l’insécurité, notamment du kidnapping qui ronge le pays et d’un coup, tout a basculé. «Nou p ap viv non timoun», s’en conclut-elle.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

C’est sur Twitter que l’on a découvert ce qu’a traversé Gaëlle. Elle écrit: «Machann fritay la konn sa m renmen, m nik parèt li lonje zo ban mwen. Men mwen ki chita bò lari a la m ap souse en paisible citoyenne. Epi koze kidnapping nan frape nan lespri m chyetttt… nou pap viv non timoun!».

Ce qui montre que les actes d’insécurité nous poursuivent un peu partout, tant dans nos esprits que dans la réalité. Désormais, en bien ou en mal, ils font partie de notre quotidien. On peut en être victime à tous les niveaux: soit en subissant directement l’action, soit on est hanté par le stress provoqué par les faits.

Comment vivre en paix dans une telle situation? Comment ne pas tomber malade? Quelle issue possible pour sortir de ce bourbier? Il est clair que si rien n’est fait, la vie ne sera plus possible en Haïti. La peur s’installe partout et on risque d’avoir peur même de soi-même. Il faut que quelque chose change; il faut qu’Haïti renaisse de ses cendres.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker