Docteure Susan Moore, une noire de 52 ans, décédée de la COVID-19 aux USA après avoir dénoncé le racisme à l’hôpital de l’Indianapolis

(TripFoumi Enfo) – La Docteure Susan Moore, 52 ans, est décédée le 20 décembre dernier à la suite de multiples hospitalisations pour complications de la COVID-19, d’abord à I’Indianapolis Universitaire Health North et plus tard à Ascencion-St. Vincent à Carmel, Indiana.

Une grande émotion règne dans la population afro-américaine en plein temps de coronavirus aux États-Unis. Une histoire de discrimination présumée à l’accès aux soins de santé y fait couler beaucoup d’encre depuis quelques jours autour du décès d’une malade noire qui, sur son lit d’hôpital, se plaignait que les soins adéquats ne lui avaient pas été donnés à cause de sa couleur de peau. Elle dénonçait la discrimination au sein de cet hôpital alors qu’elle est aussi médecin.

Susan Moore s’est filmée depuis son lit de l’Hôpital universitaire Indiana Health North et a raconté son expérience. Elle a déclaré que son médecin avait balayé du revers ses symptômes, lui répondant: «Vous n’êtes même pas essoufflée ».


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

«Oui, je le suis», a-t-elle rétorqué dans vidéo, qu’elle a partagée sur Facebook le 4 décembre dernier. Elle a dû supplier pour recevoir du remdesivir, le médicament antiviral utilisé pour traiter les patients hospitalisés pour la COVID-19 et n’ayant pas besoin d’une ventilation mécanique.

Quelques jours avant sa mort, elle avait publié une vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux où elle est allongée et sous assistance respiratoire, elle y raconte la violence avec laquelle elle avait été accueillie à l’hôpital d’Indianapolis deux semaines auparavant. A son arrivée, Docteure Moore était dans un état critique: testée positive à la Covid-19, elle toussait du sang et avait des difficultés à respirer, a-t-elle déclaré.

En dépit de cela, a-t-elle précisé, et malgré ses demandes répétées de médications, le médecin qui l’avait reçu lui a conseillé de rentrer chez elle. « Il m’a prise pour une personne droguée », a-t-elle raconté. Et c’est là qu’a commencé ses péripéties. Dès son retour chez elle, sa pression sanguine plonge et sa température s’affole. Elle a donc retourné à l’hôpital, mais il était peut-être déjà trop tard.

Docteure Moore, qui était interniste, a déclaré que sa douleur n’avait été «correctement soignée» qu’après avoir soulevé des inquiétudes au sujet du traitement. Elle a ensuite obtenu son congé de l’hôpital, mais elle a été admise dans un autre centre hospitalier moins de 12 heures plus tard», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

«J’assure et je maintiens que si j’étais Blanche, je n’aurais pas à passer à travers ça», a-t-elle laissé entendre.

Un porte-parole d’Indianapolis Universitaire a confirmé à CNN que la Docteure Moore a été effectivement une patiente à l’hôpital et qu’elle avait finalement obtenu son congé, mais a refusé d’en dire plus sur elle, invoquant la vie privée des patients.

«En tant qu’organisation engagée pour l’équité et la réduction des disparités raciales dans les soins de santé, nous prenons les accusations de discrimination très au sérieux et enquêtons sur chaque allégation », a déclaré le porte-parole.

Dans cette vidéo qui est devenue virale sur les réseaux sociaux, Dre Moore affirme : « Si j’étais blanche, je n’aurais pas subi tout cela. Ici, c’est le racisme, j’ai dit au médecin traitant que je ne pouvais pas respirer, il ne regardait même pas”. Malheureusement, environ deux semaines plus tard, Susan Moore a passé de vie à trépas.

Plusieurs membres de la famille de Susan Moore sont aussi persuadés que la couleur de sa peau ne lui a pas permis de recevoir les soins nécessaires dans cet hôpital raciste. Aux Etats-Unis, la communauté afro-américaine est proportionnellement plus touchée que d’autres par la pandémie du nouveau coronavirus.

Il n y a encore aucune poursuite judiciaire contre l’hôpital d’Indianapolis pour ces faits présumés, mais l’institution affirme mener une enquête interne pour faire la lumière autour de ces accusations jugées extrêmement graves.

Un scandale de plus après l’affaire de l’Afro-américain Georges Floyd lâchement abattu par un policier blanc. Ils étaient plusieurs centaines des milliers de personnes à travers les rues des USA pour protester contre la discrimination, le racisme et dénoncer du même coup la brutalité policière.

Dans plusieurs régions des Etats-Unis, la Covid-19 tue de façon disproportionnée les Noirs, selon de multiples responsables qui réclament la publication de statistiques nationales afin de comprendre l’ampleur de ce phénomène.

Cependant, le coronavirus continue de faire des victimes au sein du peuple américain avec plus de 19 284 796 cas de contamination et plus de 337 085 morts pour plus 6 396 453 rétablis.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker