L’OPC invite l’exécutif à modifier certains articles du décret créant l’Agence Nationale d’Intelligence (ANI)

(TripFoumi Enfo) – Après la création de l’Agence Nationale d’Intelligence (ANI), l’expertise de l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) a été sollicitée par la Présidence. Après toute étude, analyse, et profonde lecture, le Directoire Exécutif de l’OPC recommande au Chef de l’Etat de modifier certains articles de ce décret qui a suscité beaucoup de réactions dans la société.

« Les compétences et attributions de l’ANI devraient se focaliser sur un cadre de complémentarité dans le souci de contribuer effectivement à la mise en place d’un mécanisme adéquat et efficace visant à combattre la criminalité dans toutes ses dimensions », propose l’OPC en rappelant au président que d’autres institutions travaillaient déjà dans le domaine du renseignement.

Plus loin, l’OPC explique que l’article 5 du décret sur la sécurité publique stipulant que ‘’toute personne coupable de port illégal d’armes à feu est passible d’un emprisonnement dont le nombre d’années correspond au nombre total de munitions retrouvées soit sur lui, soit dans les armes par lui portées illégalement » est vide de sens. Il faut le modifier, dit l’OPC dans le document envoyé à la présidence.

Il va falloir éliminer les alinéas 12 et 13 de l’article 1er, les articles 12 et 13 qui définissent le terrorisme en Haïti, et tant d’autres articles que l’OPC estime dépourvus de sens.

Rappelons-le, les deux décrets portant sur l’ANI et la sécurité publique ont suscité beaucoup de débats dans le pays.

Sollicité, l’OPC a fait son travail. Attendons de voir si la Présidence va vraiment tenir compte de ses différentes recommandations.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker