Jovenel Moïse décrète 2021, l’année des élections, de l’électricité et de la réforme constitutionnelle

(TripFoumi Enfo) – Le Président de la République d’Haïti, Jovenel Moïse, dans un discours prononcé au Palais National ce premier janvier 2020, à l’occasion du 217 anniversaire de l’indépendance, a donné la garantie formelle que les élections auront lieu en 2021 ainsi que la réforme constitutionnelle.

« L’année 2021 est une année importante pour l’avenir d’Haïti. Nous appelons cette année l’année de la Constitution, des élections et de l’électricité », a martelé le locataire du palais national.

Pour y parvenir, le chef de l’État estime qu’il faut lutter sans relâche contre l’insécurité, l’un des principaux problèmes de la République. Il a donc fait appel à la police, au système de renseignement et à l’armée pour l’aider.

« Nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il y a un problème de gouvernance dans le pays. Il n’y a pas d’équilibre entre les pouvoirs de l’État. Les oligarques corrompus utilisent les institutions pour empêcher l’État de servir le peuple », a dénoncé le président.

Toutefois, dans son allocution, le chef de l’État, a insisté sur le fait qu’il ne quittera la présidence pas avant le 7 février 2022. Rappelons que plusieurs partis politiques et organisations de l’opposition continuent de réclamer son départ pour le 7 février 2021.

D’autre part, le premier mandataire de la nation a critiqué la Constitution de 1987 qui, selon lui, écarte de la vie politique plus de 3 millions d’Haïtiens vivant à l’étranger.

L’occupant du palais national a rappelé que la réforme constitutionnelle n’est pas un projet particulier, mais celui de l’ensemble de la société. »Il s’agit de la gouvernance, du bien-être du pays et de l’inclusion de la diaspora dans les affaires politiques de leur pays », a-t-il ajouté.

D’un autre côté, le Président a assuré les leaders politiques haïtiens qu’il n’est pas candidat et ne le sera pas. « Il est clair que je ne profiterai pas du changement constitutionnel. Cette nouvelle constitution doit préserver tous les acquis démocratiques que la constitution de 1987 nous a donnés. Il doit créer une plus grande harmonie entre les trois pouvoirs de l’État », a-t-il déclaré.

La nouvelle constitution doit être simple, claire et facilement applicable. Elle doit être moderne et correspondre à notre culture en tant que peuple. Elle doit répondre aux aspirations de la majorité de la population. Ce n’est que dans ces conditions qu’elle trouvera sa légitimité aux yeux du peuple », a-t-il poursuivi.

Le président a critiqué ce qu’il a appelé des « oligarques corrompus » qui, selon lui, financent le champs en Haïti pour détruire les institutions publiques, entre autres. « Le mal du pays, ce sont ceux qui décident que l’État leur appartient », conclut-il.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker