Guy Philippe toujours en taule!

La juge Cecilia Altonaga a rejeté la requête de libération prématurée de Guy Philippe.

Dans une décision rendue le 5 janvier dernier, la juge Cecilia Altonaga a rejeté la requête de libération prématurée de Guy Philippe.

Dans une interview accordée à un journaliste de l’Etat de la Floride, l’ex-sénateur élu, Guy Philippe, qui est en train de purger une peine de 108 mois d’emprisonnement dans un centre de détention fédéral de Géorgie pour blanchiment de capitaux, avait, en décembre dernier, annoncé sa libération prochaine, à mi-chemin de la finalisation de sa peine.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Le 10 décembre dernier, M. Philippe avait soumis une requête à la juge Cecilia Altonaga, qui avait accepté son plaidoyer de culpabilité en 2017, demandant, premièrement, qu’un avocat soit désigné par la cour pour le représenter dans la poursuite de sa libération prématurée, sur la base humanitaire.

Aux États-Unis, dans le cadre de la Covid-19, certains détenus ont été libérés sur cette base parce que leurs comorbidités les rendaient particulièrement vulnérables à la pandémie.

Dans sa requête, M. Philippe avait affirmé souffrir d’hypertension, d’un taux élevé de cholestérol, et qu’enfant, il était asthmatique. Toujours selon M. Philippe, les détenus du McRae Corretional Facility où il est présentement en détention sont particulièrement exposés à la pandémie, et certains en sont même morts.

Le 23 décembre, le gouvernement américain s’était, à travers les procureurs fédéraux, opposé à une libération prématurée de M. Philippe sur la base qu’il représente un danger pour la communauté.

Dans sa décision, la juge a exprimé son accord avec la position du gouvernement, et cité notamment l’implication avouée de M. Philippe dans le trafic de stupéfiants, sa participation dans le renversement de l’ex-président Aristide et dans une attaque armée (paramilitaire) qui a causé plusieurs morts contre le commissariat des Cayes en 2016. Le tout, pour conclure qu’il représentait un danger pour la communauté, et qu’une libération prématurée minimiserait l’ampleur des crimes qu’il a commis.

La juge a aussi rappelé que les libérations prématurées découlent du pouvoir discrétionnaire des juges, et non d’un quelconque droit que peuvent revendiquer les détenus, ce qui tranche avec l’assurance avec laquelle M. Philippe avait annoncé sa libération.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker