En 2015, « 100 millions ont été dépensés pour des élections qui allaient être annulées »

Jovenel Moïse marche à grand pas tout seul sur la voie des élections passant par son carrefour préféré qui le changement de la constitution via un référendum.

Plusieurs secteurs de la vie nationale prennent leur distance de toute initiative portant l’empreinte du chef de l’État. Mais, cela n’empêche qu’il continue à se croire sur le bon chemin.

La situation cette année est pire que celle de 2015.

Se rappelant, il y a cinq ans de cela, « nou te gaspiye plis pase 100 milyon dola pou yon eleksyon ki tap pral anile aprè », regrette Robenson Geffrard, ajoutant que : »lajan pèdi, enèji ak tan pèdi. Te gen moun ki te mouri, te gen moun ki te pèdi byen yo, peyi a, popilasyon an te peye konsekans lan ».

C’est après avoir comparé ces situations qui se ressemblent que le journaliste du journal Le Nouvelliste finit par conclure : »se kòm si nou pa aprann okenn leson sou sa ».

Et Ralph Emmanuel François de répondre que : »Nou tout p ap gade Ayiti ak menm linèt », arguant : »li se yon leson lè w pati ak yon bon entansyon ki ta reyalize eleksyon kredib, entèg e endepadan. Sa k irasyonèl pou mwen ak ou a, konn trè rasyonèl pou moun ki ap fèl la. »

Ces lectures presque toutes identiques donnent une idée de comment le pays pourrait être avant 7 février 2021. Pendant que l’exécutif fait de grand et long pas en annonçant plein de dispositions pour réaliser des élections, l’opposition présente un calendrier de mobilisation population.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker