L’ONU dénonce les violations répétées des droits de l’homme en Haïti

(TripFoumi Enfo) – Les Nations Unies ont dénoncé ce mercredi 20 janvier 2021, les violations répétées des droits de l’homme en Haïti suite à la vague de protestations anti-gouvernementales. Les cas de répression policière violente ou de limitation des libertés fondamentales de manifester montrent clairement que les droits humains sont violés constamment en Haïti.

Le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme se dit préoccupé par le fait que l’insécurité, la pauvreté et les inégalités structurelles persistantes, associées à des tensions politiques croissantes qui pourraient conduire à de nouveaux abus. la porte-parole du bureau, Marta Hurtado, a affirmé que le contexte est celui d’une impunité presque totale.

L’ONU rend également compte des effets des barricades érigées ces dernières années sur la vie quotidienne des haïtiens, car elles limitent leurs déplacements et leur accès aux services de base tels que la santé et l’éducation.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

La porte-parole a exhorté les autorités haïtiennes à prendre immédiatement des mesures pour éviter que les abus ne se reproduisent plus, notamment en veillant à ce que les forces de l’ordre respectent les normes internationales lorsqu’elles sécurisent une manifestation. Selon l’ONU la police doit utiliser la force en cas de stricte nécessité, et à ce que les gangs ne portent pas atteinte au droit de la population de manifester pacifiquement.

Elle a également déploré les décrets prises par Jovenel Moïse établissant l’Agence Nationale de renseignement ou renforçant de la sécurité publique. Ces décrets sont inquiétants aux yeux du bureau des droits de l’homme des Nations unies, car les analyses préliminaires indiquent qu’ils ne semblent pas être conformes aux normes et standards internationaux en matière de droits de l’homme.

« Ils peuvent conduire à une répression accrue des droits à la liberté de réunion, d’association et d’expression pacifique. Les actes de violence commis par les manifestants lors de précédentes manifestations ne doivent pas servir de prétexte pour restreindre les libertés fondamentales et réduire l’espace civique », a conclu Hurtado.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker