Les nouvelles souches de peste porcine en Chine proviennent des vaccins non homologués

(TripFoumi Enfo) – Une nouvelle forme de peste porcine africaine identifiée dans les élevages de porcs chinois est très probablement causée par des vaccins illicites, selon les initiés de l’industrie. Ce virus est un nouveau coup porté au plus grand producteur de porc du monde, qui se remet encore d’une épidémie dévastatrice.

Deux nouvelles souches de peste porcine africaine ont infecté plus de 1 000 truies dans plusieurs fermes appartenant à New Hope Liuhe, le quatrième producteur chinois, ainsi que des porcs engraissés pour la firme par des agriculteurs sous contrat, a déclaré Yan Zhichun, le directeur scientifique de la société.

Bien que les souches, auxquelles il manque un ou deux gènes clés présents dans le virus sauvage de la peste porcine africaine, ne tuent pas les porcs comme la maladie qui a ravagé les fermes chinoises en 2018 et 2019, elles provoquent une maladie chronique qui réduit le nombre de porcelets sains nés, a déclaré Yan à Reuters. A New Hope, et chez de nombreux grands producteurs, les porcs infectés sont abattus pour empêcher la propagation, ce qui rend la maladie effectivement mortelle.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Bien que les infections connues soient aujourd’hui limitées, si les souches se répandent largement, elles pourraient réduire la production de porc du premier consommateur et producteur mondial ; il y a deux ans, la peste porcine a anéanti la moitié du cheptel porcin chinois, qui comptait 400 millions de têtes. Les prix du porc sont toujours à des niveaux records et la Chine est sous pression pour renforcer la sécurité alimentaire dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

« Je ne sais pas d’où ils viennent, mais nous trouvons quelques infections bénignes dans les champs, causées par une sorte de virus à gène supprimé », a expliqué M. Yan.

Wayne Johnson, un vétérinaire basé à Pékin, a déclaré avoir diagnostiqué une forme chronique, ou moins mortelle, de la maladie chez les porcs l’année dernière. Le virus était dépourvu de certains composants génétiques, connus sous le nom de gènes MGF360. New Hope a trouvé des souches du virus dépourvues à la fois des gènes MGF360 et des gènes CD2v, a fait savoir M. Yan.

Les recherches ont montré que la suppression de certains gènes MGF360 de la peste porcine africaine crée une immunité. Mais le virus modifié n’a pas été développé en vaccin car il a eu tendance à muter ultérieurement pour revenir à un état nuisible.

« Vous pouvez séquencer ces choses, ces doubles délétions, et si c’est exactement la même que celle décrite en laboratoire, c’est une trop grande coïncidence, car vous n’obtiendriez jamais cette délétion exacte », a indiqué Lucilla Steinaa, scientifique principale à l’Institut international de recherche sur le bétail (ILRI) à Nairobi.

Il n’existe pas de vaccin approuvé contre la peste porcine africaine, qui n’est pas nocive pour l’homme. Mais de nombreux éleveurs chinois qui luttent pour protéger leurs porcs ont eu recours à des produits non homologués, selon des initiés et des experts de l’industrie. Ils craignent que les vaccins illicites n’aient créé des infections accidentelles, qui se propagent maintenant.

Les nouvelles souches pourraient proliférer à l’échelle mondiale par le biais de la viande contaminée, infectant les porcs qui sont nourris avec des déchets de cuisine. On sait que le virus peut survivre pendant des mois dans certains produits à base de viande de porc.

En août, le ministère a informé qu’il testerait les porcs pour différentes souches du virus dans le cadre d’une enquête nationale sur l’utilisation illégale des vaccins.

Toute souche présentant des délétions de gènes pourrait indiquer qu’un vaccin a été utilisé, a-t-il dit. Aucune conclusion n’a été publiée à ce jour sur cette question, qui est très sensible pour Pékin. Les rapports sur les récentes épidémies de peste porcine africaine ont été largement dissimulés.

Après des décennies de recherche pour produire un vaccin contre l’énorme et complexe virus de cette maladie, les chercheurs du monde entier se concentrent sur les vaccins à virus vivant le seul type à avoir montré des signes prometteurs.

Mais ces vaccins comportent des risques plus élevés car même après que le virus ait été affaibli pour ne pas provoquer de maladie grave, il peut parfois retrouver sa virulence.

Un de ces vaccins utilisé en Espagne dans les années 1960 a provoqué une maladie chronique avec des articulations enflées, des lésions cutanées et des problèmes respiratoires chez les porcs, ce qui a compliqué les efforts d’éradication de la peste porcine africaine au cours des trois décennies suivantes. Depuis lors, aucun pays n’a approuvé de vaccin contre cette maladie.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker