Jean Charles Moïse s’éloigne-t-il de la lutte pour renverser Jovenel Moïse au pouvoir ?

(TripFoumi Enfo)- La bataille anti-gouvernementale est reprise, selon certains secteurs de l’opposition, officiellement le 15 janvier 2020. Au devant de la scène, ce sont les membres du Secteur Démocratique et Populaire qu’on peut remarquer, tandis que, Jean Charles Moïse, coordonnateur du parti politique pitit Dessalines, connu pour sa capacité à drainner derrière lui des milliers de personnes dans les rues, reste très timide dans ce que les opposants au pouvoir en place appellent la dernière phase de la bataille pour renverser Jovenel Moïse au pouvoir.

18 novembre 2020, si vous effectuez un coup d’œil sur la route de l’aéroport, sous un soleil de plomb, c’est Jean Charles Moïse qui traîne derrière lui une foule immense suite à sa convocation. Eu égard à cela, l’ancien sénateur du Nord s’autoproclame désormais « leader du peule haïtien », tout en dézinguant certains membres du secteur de l’opposition politique en Haïti. Dans sa dernière sortie, à l’émission panel Magik sur magik 9, l’ancien maire de Milot, en guise d’un appel à la mobilisation, préfère parler de la durée du mandat de la nouvelle transition, si transition il y aura.

2 mois après avoir invité la population à la mobilisation, l’opposant farouche au pouvoir en place, malgré sa capacité de convoquer la population haïtienne à des manifestations, n’a toujours pas encore pipé mot sur les nouvelles stratégies de lutte à adopter pour faire respecter la constitution et ce, en dépit de l’approche de la date fatidique, 7 février 2021. Ce silence de Moïse Jean Charles, autour de cette date importante, fait planer de doutes autour de lui.

Jean Charles Moïse , dans ses différentes prises de parole, ne laisse jamais passer un moment sans exprimer sa volonté de faire tomber le masque que porte toute la classe politique traditionnelle haitienne, et, du coup, s’attaquer à quelques membres du secteur privé. C’est l’opposant le plus opposé de tous les opposants, dit-on. Toutefois, chose certaine, entre lui et les autres militants de l’opposition, les violons s’accordent sur le 7 février 2021: « Jovenel Moïse doit quitter le pouvoir ! »

7 février s’approche. Certains dirigeants de l’opposition sont déjà dans les rues pour le respect de la constitution en son article 134-2. Moïse Jean Charles, quant à lui, garde encore le silence à moins d’une quinzaine de jours de la fin du mandat de Jovenel Moïse. Ce silence amène certains observateurs à poser ces questions : Est-ce que Jean Charles Moïse jouerait-il réellement le jeu du pouvoir en place comme prétendent certains de ses pairs ? Voudrait-il faire cavalier seul dans la dernière phase de la bataille ?

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker