Le DG de la PNH Léon Charles demande aux policiers fauteurs de troubles de suspendre les actes de violence

(TripFoumi Enfo) – « Un infime groupe de policiers se livre à des actes de banditisme ». Un constat effectué par la Police Nationale d’Haïti (PNH) en la personne de son Directeur Général ai, Léon Charles. Dans un communiqué de presse en date du 3 février 2021, Léon Charles affirme que ces actes « ternissent l’image de l’Institution et indignent les citoyens qui en sont victimes ». Il demande alors à ces policiers agitateurs de rebrousser chemin en respectant les « principes policiers » au risque d’être sanctionnés.

Entre autres sujets d’actualité, celui des policiers détient une place particulière depuis déjà plusieurs semaines. D’autant plus qu’il devient de plus en plus difficile d’identifier les « bons policiers » des « méchants ». Lesquels, semble-t-il, ne s’entendent pas toujours, si l’on se réfère au tout dernier communiqué de presse de l’institution policière.

« Trois policiers et un ex-policier », relate le représentant de la PNH, « ont été surpris à Miragoâne en support à un mouvement politique à bord d’un véhicule sans plaque avec des armes lourdes qu’ils ont osé pointer contre d’autres agents de la police qui tentaient de les intercepter à Petit Goâve ».


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Et cette fois-ci au Champ de Mars, « au moins deux autres policiers ont fait usage de leurs armes pour créer la panique dans un parcours carnavalesque ». Des actes qui ne se diffèrent nullement de ceux « constatés à Jacmel où des soupçons planent sur l’implication des policiers dans l’incendie de stands. »

De tels individus avec de pareils agissements seraient donc dangereux, selon Léon Chartes. Puisque, nous dit-il, « l’histoire récente a montré que des groupuscules qui dévient des principes institutionnels finissent par causer la perte de l’institution elle-même. »

Par ailleurs, le Directeur Général ai de la PNH rappelle qu’il suffit de remonter à quelques mois pour revivre des actes de violence similaires. En effet, « l’année dernière, à pareille heure, certains d’entre eux ont brûlé des matériels de l’État et des biens privés », évoque le DG. Des pratiques qu’il considère direct comme étant « politico criminelles » parce qu’elles « s’éloignent des principes policiers ».

Ainsi, la police se permet d’effectuer un rappel non seulement pour ces policiers, mais aussi pour ceux qui « seraient tentés par de telles aventures ». Le Haut Commandement, prévient-elle, « ne tolère point qu’en son sein, des groupes se marginalisent pour imposer leurs lois à l’institution et à la population par la violence ».

Et si malgré cet avertissement, le groupe pense pouvoir déstabiliser l’institution, la police sévira avec la plus grande rigueur contre lui. « Car la police doit être une et indivisible. C’est à ce seul prix qu’elle continuera d’exister ».

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker