Des individus se font passer pour les ravisseurs de Tinèg afin de soutirer de l’argent à ses parents

(TripFoumi Enfo) – Des individus malintentionnés ont profité de l’enlèvement contre rançon du jeune poète Junior Albert Augusma pour soutirer de l’argent. Selon deux enregistrements audios parvenus à la rédaction de TripFoumi Enfo, un certain Fortuné aurait été au cœur d’une négociation avec l’un des ravisseurs de Tinèg, où une somme de 500 mille gourdes lui aurait été exigée en échange de la libération de Tinèg, kidnappé depuis environ 8 jours.

Tentant de vérifier l’authenticité du négociateur qui dit être un ancien camarade de Tinèg à la Faculté Linguistique Appliquée (FLA-UEH), des sources proches du poète ont révélé qu’aucune négociation du genre n’ait été entamée ni par les proches du concerné, ni par les membres de sa famille au cours de ces dernières 24 heures.

Quatre erreurs graves prouvent que la conversation n’est pas authentique

1 – La conversation a été enregistrée du début à la fin.- D’entrée de jeu, Fortuné a reçu l’appel sans connaître la personne avec qui il allait parler. « Alo ! Se kiyès ? », s’enquit le nommé après avoir décroché l’appareil. Y réagissant, le rançonneur répondit : « Alo ! Bonswa. Se yon zanmi ki dim rele w pou li wi… Tinèg », ainsi a débuté la conversation. Alors que Fortuné ne s’attendait pas à parler avec l’un des kidnappeurs du poète, leur conversation commençait déjà à être enregistrée dès la première minute. Il existe certes des applications pouvant faciliter une telle possibilité. Mais le problème c’est qu’il est quasi impossible que l’appel soit enregistré au complet si Fortuné ne savait pas qu’il allait avoir de pareille conversation.

2 – Le seul Fortuné à la FLA avec lequel Tinèg est proche dément l’information.- Après maintes enquêtes, la rédaction de TripFoumi Enfo a finalement confirmé qu’un certain Fortuné, un étudiant à la FLA qui vient à peine de remettre son mémoire de fin d’études, a effectivement eu des liens estudiantins avec le poète. Mais, questionné sur cette affaire, le mémorant répondit « je ne crois pas que Tinèg détient mon numéro. D’autant plus, on n’était pas assez proche. Jamais, il ne donnerait mon numéro à une pareille fin. »

3 – Le négociateur s’est lui-même contredit dans son discours .- Au début de la conversation, Fortuné a confié au ravisseur que lui et le poète ne sont pas proches et qu’il a tout simplement l’habitude de voir ses publications sur les réseaux sociaux. Parallèlement, il a dit par la suite qu’ils se sont connus à la FLA. « J’ai connu l’étudiant Junior Albert Augusma à la FLA. J’étais son aîné d’un an », dit-il. Ou Bizarre. Non ?

4 – L’otage n’a pas confirmé s’il est effectivement en vie .- Généralement, avant de donner une quelconque rançon en échange de la libération d’un kidnappé, le premier principe est que le ravisseur confirme à son négociateur que la victime en question est en vie. Une façon pour ne pas payer une rançon pour un otage déjà passé de vie à trépas. Pourtant, Fortuné était déjà prêt à organiser une collecte de fonds sans même confirmer que Tinèg est en vie. Du surcroît, comment savoir réellement que la personne avec laquelle le nommé Fortuné était en contact est l’un des ravisseurs de l’étudiant Augusma, si aucune présence de cette dernière n’a été confirmée ?

La prudence est de mise. De l’arnaque il y en aura toujours. Seules les personnes avisées peuvent s’en épargner. La rédaction de TripFoumi Enfo suit de près l’évolution de cette situation. Elle vous tiendra informé des moindres détails. Restez des nôtres pour avoir les dernières informations y relatives !

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker