“Jovenel Moïse n’est pas loin d’être lâché”, croit Me Guerby Blaise

(TripFoumi Enfo) – L’ambassade américaine ne chante désormais plus la même chanson à l’égard de Jovenel Moïse. Le refrain a changé depuis des jours.

Ce mercredi 24 février 2021, les États-Unis ont réagi au sujet des élections que compterait organiser M. Moïse avant 7 février 2022, date à laquelle il dit que va terminer son mandat.

D’après l’oncle Sam, « il incombe en fin de compte au gouvernement haïtien de créer une atmosphère propice à l’organisation d’élections libres et justes en 2021. » Une déclaration qui vient du département d’État américain.

Considérant Jovenel Moïse comme un ex-président, au regard de l’article 134-2 de la constitution, Me Guerby Blaise, professeur d’université, pense que « la véritable obstruction à la dictature de M. Moïse réside dans la résistance du peuple haïtien. »

L’ambassade américaine, dans son communiqué, a haussé le ton, mais, cette fois-ci, pour s’adresser à tous les acteurs de la vie nationale en déclarant que : »les États-Unis se joignent à la communauté internationale pour appeler les parties prenantes en Haïti à se rassembler et trouver la marche à suivre ».

Ces petites sorties des États-Unis, soit concernant les décrets de Jovenel Moïse, ses décisions entachées d’illégalité à l’égard des juges de la cour de cassation ou les élections, sont des preuves selon lesquelles les violons cessent de s’accorder entre le palais national et l’ambassade américaine.

Fort de l’importance du positionnement des acteurs de l’international, Me Blaise affirme que le poids de la communauté internationale notamment l’ambassade américaine en Haïti, le département d’État américain et l’ambassade de France, n’est pas négligeable. « Jovenel Moïse n’est pas loin d’être lâché. »

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker