La propagande anti-Droits Humains du pouvoir s’amplifie

(TripFoumi Enfo) – Comme dans la plupart des pays où la corruption et la criminalité font des ravages et que les membres du gouvernement sont souvent épinglés, les défenseurs de droits humains sont toujours les cibles de ces dirigeants lorsqu’ils sont pointés du doigt, accusés pour leur complicité ou/et incompétence.

En Haïti, l’opinion publique est allée jusqu’à créer des boucs émissaires, par le fait que certaines personnalités dirigeantes sont dans l’ignorance et ne connaissent véritablement pas la mission principale des instances de défense des droits humains.

Après la mort de ces quatre policiers à Village-de-Dieu, au moment où ils s’apprêtaient à mener une opération qui devrait aboutir au démantèlement d’un gang armé, le pouvoir arrive à orienter l’opinion publique par l’accusation des instances de droits humains, pour leur silence. Une stratégie réussie, parce que l’ignorance est tellement difficile à combattre au moment où l’émotion est reine.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Il faut nous rappeler que les institutions des droits humains s’intéressent en premier aux actions ou omissions de l’État, pour que les droits de personne ne soient pas lésés, étant pleinement garantis par la constitution et les lois républicaines.

En plus, leur accompagnement technique à l’assurance qu’aucun droit ne soit violé se fait par le biais d’une enquête qui prend en compte l’ensemble des obligations et nécessités du cas en question. Ça peut aller jusqu’à deux ans. L’important, leur rapport ne doit pas causer d’injustice, mais faire jaillir la lumière.

Dommage ! Nombreux sont ceux qui ne savent véritablement pas la principale mission des institutions de défense des droits humains, ce qui permet à la propagande du pouvoir de suivre son chemin. Mais, tôt ou tard, nous nous rendrons compte que ces acteurs ont fait de leur mieux pour que nous ne soyons pas ici aujourd’hui.

Il n’y a pas plus de deux ans de celà, plusieurs rapports des organisations de ce secteur ont prouvé l’existence de lien étroit entre les bandits armés et des autorités importantes de l’État. Si bonne décision était déjà prise, nous ne serions peut-être pas là aujourd’hui à compter des morts au quotidien.

Par l’ignorance de ce peuple qui n’a pas d’informations à propos de la mission principale des défenseurs des droits humains, nous sommes ici devant la diabolisation de ces acteurs. Le pouvoir a joué cette carte pour dissiper l’opinion et ça va de bon train.

Maintenant, ils sont peu à dire que : l’exécutif est de connivence avec les bandits, la Police Nationale d’Haïti n’a pas adopté des stratégies adaptées et efficaces pour traquer les bandits, il n’y a pas de volonté politique pour résoudre le problème de gangs armés. Car, la plupart se plaît à dire que les défenseurs des droits humains sont responsables, sans prendre en compte leurs rôles et limites.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker