La PNH rejoint la liste des institutions en défaillance

(TripFoumi Enfo) – La liste des institutions en défaillance s’allonge depuis la pérennisation de cette crise au sein de la Police Nationale d’Haïti (PNH).

Le parlement est présentement dysfonctionnel, même caduc, si on reprend le terme utilisé par Jovenel Moïse dans son message de constat sur Twitter. La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif a vu diminuer son pouvoir de contrôle par le simple fait qu’elle a mis en déroute tous les plans de Jovenel Moïse, par la soumission pour analyse des projets entachés d’irrégularités.

Dans la catégorie des institutions, comme la Cour de Cassation qui est piétinée par M. Moïse devant sa volonté d’accoucher sa dictature, passant par la mise sous son contrôle du pouvoir judiciaire, en violant la constitution et les lois républicaines.

Dans la même ligne que l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) qui est sujet à traquer tout individu se déclarant ouvertement opposé à l’exécutif, ignorant les fraudeurs qui portent le costume du gouvernement.

La Police Nationale d’Haïti s’ajoute dans la liste de ces institutions républicaines qui confrontent des problèmes lisibles et qui éliminent automatiquement leur prestigieuse appartenance. De Normil Rameau à Léon Charles, aucune volonté de résolution systématique d’un problème n’a été démontrée. Une affaire de clan ronge l’institution et les autorités concernées n’arrivent pas à se hisser au dessus de la mêlée.

S’il avait promis de faire fonctionner normalement les institutions, M. Moïse ajoute cet échec dans son lot. Il arrive à conduire la PNH à la défaillance en privilégiant les bandits, à croire les déclarations des instances de défense des droits humains, au détriment des policiers.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker