Plus de 500 morts en Birmanie, les factions rebelles menacent la junte

(TripFoumi Enfo) – Plus de 500 civils ont été tués par les forces de sécurité depuis le coup d’Etat du 1er février en Birmanie, où les factions rebelles armées menacent de rejoindre la contestation anti-junte si le bain de sang se poursuit.

Sourds aux condamnations et aux sanctions occidentales, les généraux birmans poursuivent leur répression meurtrière pour tenter de stopper les manifestations pour la démocratie et les grèves qui secouent le pays depuis leur putsch du 1er février contre le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi.

510 personnes, dont de nombreux étudiants et des adolescents, sont tombées sous les balles des policiers et des militaires ces deux derniers mois, d’après l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

L’ONG précise que le bilan « est probablement beaucoup plus élevé », d’autant que des centaines de personnes arrêtées sont portées disparues.

Samedi, journée des forces armées birmanes, au moins 107 civils, dont sept mineurs, ont été tués.

Face à ce bain de sang, plusieurs factions rebelles ont menacé mardi de prendre les armes contre la junte.

Si les forces de sécurité « continuent à tuer des civils, nous collaborerons avec les manifestants et nous riposterons », ont-elles écrit dans un communiqué commun signé notamment par l’Armée d’Arakan (AA), un groupe armé fort de plusieurs milliers d’hommes et doté de moyens très importants.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker