Les dernières attaques au Bel-Air, résultats de deux tentatives de kidnapping échouées, selon le RNDDH

(TripFoumi Enfo) – Les dernières attaques armées du G9 au Bel-Air se sont soldées par la mort de 13 personnes, une vingtaine de maisons incendiées, des blessés et des disparus. Tout cela est le résultat de l’échec de deux tentatives de kidnapping. C’est ce que mentionne le RNDDH dans un communiqué de presse publié ce 7 avril 2021.

Les deux attaques ont été perpétrées les 31 mars et 1er avril 2021. Pour le premier jour, cela s’est produit à la suite d’un échec d’une tentative d’enlèvement perpétrée contre un personnage. Ayant pris la fuite, la victime s’est refugiée à Bel-Air sous la protection de la population. Les membres du gang «Krache dife», membre du G9, ont attaqué le quartier où 7 personnes ont été tuées, d’après le RNDDH.

Pourtant au 2e jour, soit le 1er avril, Nathanaël St Fort, cette jeune fille de 20 ans, était à bord d’un véhicule d’un individu. À Delmas 2, précise la structure de défense de droits humains, des hommes lourdement armés ont ordonné au chauffeur de s’arrêter. Voulant s’échapper, il a accéléré et les bandits ont ouvert le feu sur la voiture, ayant causé la mort sur le champ de la jeune fille. En représailles à ce deuxième kidnapping échoué, Iscar de Belekou (Cité-Soleil), Micanor de Wharf Jérémie et Ti Sonson de «Krache dife», tous trois membres du G9, ont attaqué le quartier du Bel-Air. 6 personnes sont tuées ce jour-là.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Durant les deux jours, au moins 13 personnes sont mortes, 5 sont disparues et 4 sont blessées. Des dizaines de maisons sont parties en fumée, plongeant la population dans la peur et leur obligeant à fuire leur demeure.

Dans ce communiqué de presse, la BOID est accusée de complicité avec les bandits pour n’avoir pas réagi. Le haut état major de la Police est aussi pointé du doigt. Cependant, les agents qui ne sont pas en connivence avec aucun bandit sont appelés à se mettre au côté de la population, question de garantir leur sécurité comme l’obligation leur est faite, souligne le RNDDH.

La rédaction

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker