Une mère et son enfant de 3 ans injustement incarcérés à Jérémie

(TripFoumi Enfo) – Marie Samuelle Aristide est une dame vivant à Jérémie. Avec le citoyen Mesnel Louis, elle a mis au monde un enfant répondant au nom de Flav Louis. Cela fait déjà une année que Madame avait intenté une action en justice pour avoir une pension alimentaire contre son ex concubin qui n’a pas assumé ses responsabilités de père envers son fils. Drôle de coïncidence, cette semaine, le dossier a pris une nouvelle tournure. Malgré la décision du tribunal qui a eu à trancher en sa faveur, le commissaire du gouvernement a libéré Mesnel Louis et, en contrepartie, a interpellé Marie Samuelle Aristide ainsi que son enfant de trois ans.

La nouvelle a choqué presque tout le monde. Alors qu’il a été déclaré coupable par le Tribunal de Première Instance de Jérémie en 2019, le sieur Mesnel Louis a donc été condamné et contraint à verser une somme de 6000 gourdes à la mère de l’enfant chaque mois. À la grande surprise générale, après seulement trois mois, il a décidé de ne rien verser à la mère.

Nouvelle phase dans l’histoire!
Le commissaire du gouvernement d’alors, Me Bergemane Sylvain, a décerné un mandant d’amener contre lui en vue de lui contraindre à prendre soin de son enfant. Nous sommes en juillet 2019. Depuis lors, il a pris la poudre d’escampette jusqu’à se faire interpellé le 27 mars 2021, plus d’une année après, avec 19 mois de dette de pension alimentaire.

Selon les sources de TripFoumi Enfo, ce qui paraît le plus consternant dans le dossier, c’est que malgré la dette de Mesnel Louis, grâce à sa proximité avec l’actuel commissaire du gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Jérémie, Me André Marie Pyram, il a été libéré et le pire, le CG a procédé du même coup à l’interpellation de la dame ainsi que de son fils de 3 ans.

Cette décision a choqué plus d’un, particulièrement l’avocat de la victime, Me Rosevelt Charles qui rappelle que l’article 3 du décret du 14 septembre 1983 est claire sur la question: « en matière de pension alimentaire, dès que le condamné passe deux mois sans payer, il doit faire objet d’arrestation ». Or, lui, il a été libéré sans payer et le pire on a arrêté la dame et l’enfant.

En ce sens, il invite les organismes de défense des droits humains à se saisir du dossier en vue de trouver la libération de la dame ainsi que de l’enfant, et parallèlement d’obliger Mesnel Louis à payer ses 19 mois de dette.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker