Le Premier des rats, Ministre !

(TripFoumi Enfo) – Ceci n’est pas l’histoire de plusieurs rats, mais renvoie à l’impossibilité pour certains de tenir une ligne droite, garder une position sans penser aux besoins de la première partie de la pyramide de Maslow.

Mais, par la personnification des rats, d’un, de rat, nous pouvons arriver à comprendre la motivation de la position de certains politiciens haïtiens – sachant que l’homme est [quoique l’approche est un peu anthropologisme] doué de raison.

On admet que les animaux sont dépourvus de raison et n’agiraient que par les caprices de leur instinct. Peut-on penser la même chose pour les politiciens haïtiens ? Disons, pour certains d’entre eux, obligation de la non-généralisation de ce qui n’est pas général… car, nombreux sont des hommes politiques qui arrivent à rester tête haute, en dépit des fortes sommes proposées.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Aujourd’hui, pour co-administrer avec un déchu, un décrié, un illégitime, un illégal… la guerre est élevée au sommet de la montagne des opposants. Des anciens accusateurs, rats d’arbres, se croient en meilleure position, et se pensent détenteurs de la clé pouvant ouvrir la porte de la solution à Haïti.

Croira l’animal que ce texte vise à l’injurier par cette comparaison qu’il pourra juger inexacte – puisque le rat, le vrai, est un animal doux, affectueux et très attaché à son maître. C’est également un animal intelligent, ingénieux, curieux, sociable et d’une propreté bien supérieure à celle d’autres animaux de compagnie.

À la seule différence, considérant ces caractéristiques, les rats politiciens marchent, se promènent sans gêne, émettent leur opinion à travers des émissions à grandes écoutes… alors que, le vrai animal est chassé, tué dès qu’il s’apprête à s’approcher de nous.

Aujourd’hui, sans penser aux paisibles citoyens tués dans les massacres orchestrées par les éléments exécuteurs, dans les quartiers populaires, notamment Bel-air, La Saline…, sans également penser à la date de la fin du mandat de Jovenel Moïse qui est 7 février 2021, en ignorant le nombre de personnes tuées dans les mouvements de protestation, les rats sont à la file indienne, attendant sonner leur téléphone pour dire : »Je suis prêt à servir la république aux côtés du démon qui me sera maître ».

Et nous voilà, en train de découvrir les politiciens rats… De Rats !

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker