« Il est plus que temps que les choses changent ! » souhaite Edmonde Suplice Beauzile

Par Edmonde SUPPLICE BEAUZILE
Présidente du Parti Fusion des Sociaux-Démocrates Haïtiens 

(TripFoumi Enfo)- Le 9 mars 1983 Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II a prononcé cette phrase devenue célèbre et qui a marqué les esprits en Haïti : « il faut que les choses changent ici ». Trente-huit (38) ans plus tard, les avancées démocratiques obtenues de haute lutte après la chute de la maison Duvalier et l’adoption massive de la Constitution de 1987 par le peuple haïtien, sont menacées par un président dont le mandat constitutionnel est terminé depuis 112 jours.

Nous étions en droit d’espérer que le sacrifice suprême de celles et ceux qui ont perdu la vie dans la lutte contre la dictature, pour l’instauration de la démocratie et pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens, aurait servi de guide pour ceux qui auraient le privilège d’exercer les plus hautes fonctions à la tête de notre pays.
Hélas les démocrates et les patriotes haïtiens se retrouvent encore aujourd’hui dans l’obligation de se battre et de risquer leur vie pour sauvegarder ces acquis démocratiques. Il est plus que temps de mettre un terme aux attaques grossières de l’imposteur Jovenel moïse contre notre démocratie, contre les institutions républicaines et contre notre constitution. Il est plus que temps de baisser le rideau sur le spectacle macabre que le PHTK offre à nous haïtiens mais aussi au monde depuis une dizaines d’années. Toutes nos institutions ont été volontairement sabotées, aucune des élections qui auraient dû se tenir entre 2017et 2022 n’ont été organisées, notre économie est en lambeaux, le pouvoir a laissé le champ libre aux gangs armés et les Haïtiens ont peur.
Il est plus que temps que les choses changent ici.   Il est plus que temps pour nous de faire rentrer notre pays durablement dans la modernité et la stabilité politiques. Les démocrates haïtiens ne peuvent pas capituler devant les bravades des nostalgiques de la dictature.

Un président de la République TIRE SON POUVOIR ET SA LEGITIMITE de la volonté du peuple haïtien inscrite dans la Constitution de 1987 votée massivement le 29 mars 1987.  En s’attaquant à notre Charte Fondamentale Jovenel Moïse A PERDU TOUTE LÉGITIMITÉ.
C’est en pensant à des apprentis dictateurs comme Jovenel Moïse que les constituants de 1987 ont pris le soin d’interdire toute consultation populaire tendant à modifier la Constitution par voie de Référendum (art.284-3).  Il s’agissait de veiller à ce que cette œuvre traverse le temps et que les éventuelles modifications qui y seraient apportées soient le fruit d’un large consensus national approuvé par deux législatures différentes et non l’expression de la volonté ou du caprice d’un président comme c’est hélas la tradition des autocrates et des dictateurs haïtiens.  C’est prendre les Haïtiens pour des imbéciles que de prétendre pouvoir modifier la quasi-totalité de notre constitution et changer de régime politique via un référendum, alors qu’il est interdit de le faire pour en changer ne serait-ce qu’une ligne.
 En osant déclarer publiquement que la Constitution de 1987 est un pacte de corruption, Jovenel Moïse a choisi d’insulter sans vergogne le peuple souverain d’Haïti. En violant sans retenue notre constitution et en la mettant à la poubelle IL A COMMIS UN CRIME DE HAUTE TRAHISON et devra en répondre un jour ou l’autre. Il semble avoir oublié son serment, les obligations qui y sont attachées et les conséquences de la violation des quelques règles essentielles suivantes voulues par le peuple haïtien et inscrites dans la Constitution de 1987 :
Article 21 : Le crime de haute trahison consiste…… en toute violation de la constitution par par ceux chargés de la faire respecter.

Article 135-1 Je jure devant Dieu et devant la Nation d’observer et de faire observer la Constitution et les lois de la République……

Article 21-1 Le crime de haute trahison est puni de la peine des travaux forcés à perpétuité.
Article 146 Le président de la République a le droit de grâce et de commutation de peine relativement à toute condamnation passée en force de chose jugée, à l’exception des condamnations prononcées par la Haute Cour de Justice….
Article 284-3Toute consultation populaire tendant à modifier la Constitution par voie référendaire est formellement interdite.

En refusant de respecter et d’appliquer les articles 134-2 et 134-3 qui établissent sans équivoque que son mandat a pris fin depuis le 7 février 2021, Jovenel Moïse s’est parjuré et a ouvert la voie à sa mise en accusation par devant la Haute Cour de Justice pour crime de haute trahison. Pour cette violation de la Constitution et pour toutes les autres dont il s’est rendu coupable, il subira un jour ou l’autre les rigueurs de la loi constitutionnelle et sera condamné à la peine incompressible et impardonnable des travaux forcé à perpétuité.

Le Parti Fusion des Sociaux-Démocrates Haïtiens (FUSION/PFSDH) réaffirme pour tous ceux au niveau national ou international qui le soutiennent, que les violations systématiques de la Constitution par Jovenel Moïse, ajouté à son entêtement diabolique à persévérer dans le mal et à vouloir imposer un référendum inconstitutionnel au peuple haïtien rendent impossibles tout dialogue avec lui.  Il doit être clair pour tout le monde que la FUSION ne participera à aucune cohabitation avec l’imposteur qui fait main basse sur le pouvoir.  Le mandat de Jovenel Moïse et terminé, il doit partir sans condition pour éviter le chaos et la violence du déchoukage à notre pays.  

Toute tentative de le maintenir à la tête de l’état constitue une démarche contre le peuple haïtien et contre la normalisation de la situation politique en Haïti.  

La colère légitime du peule augmente chaque jour davantage et ne pourra pas être contenue par des appels au calme.  Si Jovenel Moïse ne renonce pas à son projet de constitution dictatoriale et persiste dans son refus de quitter le pouvoir, les risques sont réels de voir son obstination provoquer le premier ouragan dévastateur de la saison cyclonique qui s’ouvre aujourd’hui.

A la FSUION nous sommes des démocrates convaincus et nous croyons dans le dialogue entre les Haïtiens de bonne volonté pour trouver une formule consensuelle acceptable en vue de mettre en place une équipe gouvernementale crédible sans Jovenel Moïse. Celle-ci sera chargée de créer les conditions propices à la tenue d’un dialogue entre les divers de la vie nationale et d’élections générales honnêtes et démocratiques pour un retour de notre pays à un ordre démocratique et à une stabilité durable dans un délai raisonnable et à un état de droit, condition indispensable pour attaquer nos problèmes économiques et redonner l’espoir de lendemains meilleurs à tous nos compatriotes.

Tout ceci devra être inscrit dans un pacte de gouvernabilité qui engagera tous les acteurs politiques et de la société civil.

La FUSION espère que cette fois-ci nos partenaires de la communauté internationale sauront écouter la voix des démocrates haïtiens et accepteront de nous accompagner dans notre quête démocratique.

Toutes les tentatives d’imposer dans le passé des élections au rabais comme unique solution aux multiples crises politiques haïtiennes ont toujours lamentablement échoué et nous ont valu la situation que nous connaissons aujourd’hui.  A bon entendeur salut.

Port-au-Prince, le 1er Juin 2021

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker