«Lè m t ap pran desizyon kont bandi yo nou pa t konprann mwen», se plaigne Lucmane Délille

(TripFoumi Enfo) – «Je l’avais prévu et je ne voulais pas qu’on en arrive là.», a fait savoir ce 7 juin 2021 Me Lucmane Délille sur les ondes de Caraïbes FM. Il intervenait sur les dernières évolutions des gangs armés en Haïti, arguant que sous sa juridiction comme commissaire du gouvernement ou Ministre de la Justice, cela n’arriverait pas. Il a aussi évoqué les raisons pour lesquelles il a perdu son poste.

Me Délille a fait savoir qu’il a été révoqué pour une question de jalousie, parce que le premier Ministre à l’époque ne voulait pas qu’il devient chef du gouvernement à sa place. Il a aussi indiqué son inquiétude face aux gangs armés qui secouent le pays et a fait savoir qu’il ne voulait pas que cela arrive. Mais on ne l’avait pas compris, croit-il. «Si se lè m te komisè gouvènman oswa minis jistis, sa ki rive Vilaj de Dye kote 5 polisye yo te mouri an pa t ap rive.».

Lucmane Délille critique aussi la complaisance de l’État haïtien qui a négocié avec les bandits et estime aussi que cela a donné aux gangs armés la légitimité d’agir sans quiétude.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Plus loin, Me Délille souligne que comme père de famille, il est sidéré par ce qu’il constate. Il regrette que de cette situation, plusieurs familles sont contraintes d’abondonner leur maison. Il a également fait mention d’un père avec 6 enfants qui ne sait d’où est passée sa femme qui s’est aussi échappée lors des attaques armées. L’ancien Ministre estime que le problème vient des haïtiens, c’est encore aux haïtiens de le résoudre.

Lucmane Délille a aussi fait savoir qu’il a la liste des 11 personnes qui vendent des armes et des munitions dans le pays dont parlait la CNDDR. Mais, à en croire l’ancien commissaire du gouvernement, cela n’interesse pas les autorités, tout en regrettant le fait qu’il n’y a pas de continuité dans l’État.

Me Lucmane Délille avait lancé un assaut contre les bandits de Village-de-Dieu et avait donné 72 heures à tous citoyens paisibles pour quitter la zone. Mais selon lui, cela ne cadrait pas avec la volonté de son chef à l’époque et, il a été révoqué. L’aire métropolitaine est pour l’instant contrôlée par les gangs armés qui terrorisent la population, attaquent les postes de police et tuent des policiers. À quand la fin de tout cela? Il n’est que d’attendre.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker