Haïti, comme un baril de poudre !

(TripFoumi Enfo) – À feu et à sang, le pays ! Luttes meurtrières entre gangs armés. À feu et à sang, Haïti ! Ici, la souffrance se voit, se sent et se vit. Avenir en pointillés. Le pays va tout, sauf bien.

Aujourd’hui, c’est Pierre. Demain, Jacques. Et après ? De toute façon, à chacun son tour, et à bien scruter la réalité actuelle d’Haïti. On s’y adapte en acceptant de bouger à son rythme . C’est une course contre-la-montre vers la mort.

Certains prennent l’ascenseur pour y arriver. D’autres, l’escalier. Les gens d’en bas arrivent les premiers, parce que, plus exposés, et ceux d’en haut, tout de suite après. Avant ou après, la même chose : on se faufile à pas pressés vers le gouffre.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Aujourd’hui, c’est Jeanne. Demain, Jenny. Qui d’autre après ? On danse au ton du viol. Dieu seul sait combien de fleurs restant non écloses à cause de cela. Dis donc, combien de filles et de femmes, violées, vivant dans un silence de plomb ?

Scènes d’horreur. À chaque coup de feu, on papillote. On en meurt également. Ici, le jour comme la nuit, toutes les balles sont grises. Les hommes, les femmes, les enfants, tous aussi. Voilà nous et ce, avec notre pile de cadavres.

Marché formel ? Non. Informel ? Confusion. Mais quelle différence au juste ? Peu importe, on asphyxie notre économie comme et quand on veut, quoi ! La petite économie pour qui? En tout cas, pas pour nous tous.

Déroute. De tout : intelligence, amour, beauté, vivre ensemble, et tout le reste. Ainsi, Se brisent les liens entre nous. Ainsi, se cache notre humanité. »Douces Déroutes », comme le titre la romancière haïtenne, Yanick Lahens.

N’ayons pas les yeux écarquillés si les résultats du baccalauréat ne dépassent même pas 10%. Ce n’est pas nous qui le voulons ainsi, mais tout un système mis en place à cet effet, donc, pour exclure.

Dépaysement imaginaire de tout un peuple. Telle une barque ballottée par une grosse tempête, ainsi on s’en va vers le précipice. Vers le monde de la déraison. Et donc, vers la fin. Fin d’une belle histoire de peuple brave, pugnace et toujours debout.

À feu et à sang, le pays! A feu et à sang, Haïti! On creuse notre propre trou. Mal nous en prit. Haïti, pour la vérité et pour son évidence brutale, comme un baril de poudre, puis la chute à tout jamais !

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker