La Sud-Africaine qui a prétendu avoir mis au monde 10 bébés enfermée dans un centre psychiatrique

(TripFoumi Enfo) – Gosiame Sithole, la Sud-Africaine de 37 ans a été emmenée à l’hôpital de Tembisa le 17 juin dernier pour une évaluation psychiatrique quelques jours seulement après que son partenaire Tebogo Tsotetsi a déclaré qu’il ne croyait pas que les dix enfants existaient.

Les responsables gouvernementaux et hospitaliers ont également mis en doute son authenticité. La mère qui a affirmé avoir donné naissance à des décuplés en Afrique du Sud a été admise dans un service psychiatrique, son avocat affirmant qu’elle est détenue contre son gré. C’est pour la première fois qu’elle a été appréhendée par des policiers.

Elle a été transportée dans un poste de police de la banlieue voisine de Chloorkop avant d’être remise à des travailleurs sociaux qui l’ont ensuite admise au service psychiatrique de l’hôpital de Tembisa pour un examen de santé mentale. La police, qui a nié que Mme Sithole ait été arrêtée pour un crime, l’a emmenée au commissariat après que les proches de M. Tsotetsi l’ont signalée comme disparue.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Les spéculations se sont multipliées sur les affirmations de Mme Sithole après que l’hôpital où elle a affirmé avoir accouché les dix bébés « fantômes » ait nié l’avoir soignée. La femme de 37 ans aurait dit à son petit ami qu’elle avait donné naissance aux bébés après minuit le 8 juin. Depuis la détention de Mme Sithole, son avocat Refiloe Mokoena a affirmé qu’elle était détenue contre son gré et qu’elle demanderait une décision de justice pour obtenir sa libération.

Mme Mokoena a allégué que son client s’était initialement vu refuser l’accès légal et que la demande de Mme Sithole de consulter un psychologue privé au lieu de l’institut où elle avait été emmenée avait été rejetée par les travailleurs sociaux du ministère du Développement social. L’avocat a déclaré aux journalistes: « Elle a refusé qu’elle soit emmenée à l’hôpital de Tembisa pour une évaluation psychiatrique, car elle sentait fortement qu’elle était saine d’esprit », à t-on été informé à la rédaction de TripFoumi Enfo.

Depuis son admission dans le service psychiatrique de l’hôpital, Sithole a été soumise à une « torture mentale » et à une « famine » et elle a également été « menottée », affirme le site d’information IOL. L’avocat a ajouté : « Quand j’ai quitté l’hôpital de Tembisa, elle a clairement indiqué qu’étant donné qu’elle est maintenant détenue contre son gré, je devrais s’il vous plaît présenter une ordonnance de tribunal urgente pour qu’elle soit libérée. »

Une manifestation contre son internement devait être organisée par des proches, des amis et des militants devant l’hôpital le vendredi 18 juin, bien qu’il n’ait pas été signalé si cela avait eu lieu.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker