S-Poo-V : Une voiture électrique qui fonctionne avec de la merde humaine

(TripFoumi Enfo) – S-Poo-V « Numéro 2 » est le nom de cette voiture électrique dont le fonctionnement requiert une bonne quantité de déchets humains. C’est la deuxième voiture alimentée par les eaux usées de la société, à part la référence évidente à la merde. Selon les informations dont dispose la rédaction de TripFoumi Enfo, Queensland Urban Utilities, une entreprise de traitement des eaux usées basée en Australie, est propriétaire de ce véhicule électrique (VE). Elle fonctionne avec l’énergie dérivée des déchets humains.

Avant cela, Urban Utilities avait lancé une berline électrique Mitsubishi i-MiEV en 2017 qui s’appelait simplement « Poo Car ». Maintenant, le numéro 2 est un SUV électrique Hyundai Kona, peut-être une variante plus ancienne et moins performante avec une batterie de 39,2 kWh. En Australie, Hyundai vend actuellement le Kona Electric 2021 avec une batterie plus grande de 64 kWh et un moteur électrique 200PS/395Nm, à partir de l’équivalent de Rs 38 lakh. La voiture appartenant à Urban Utilities est similaire à la Hyundai Kona Electric avant le lifting des spécifications indiennes avec une autonomie de 450 km. En Inde, il se vend à partir de Rs 23,78 lakh (ex-showroom).

Urban Utilities affirme que les eaux usées quotidiennes d’une personne moyenne ne génèrent que suffisamment d’électricité pour parcourir 450 m. Si cela ne semble pas beaucoup, ce n’est pas le cas – il faut 1,5 lakh litre d’eaux usées pour charger complètement le Kona une fois. Avec toutes les eaux usées qu’elle peut traiter en provenance du sud et de l’ouest de Brisbane, l’entreprise peut alimenter jusqu’à 4 000 foyers pendant une année complète. Des usines de traitement des eaux usées « de déchets à câble » existent également en Inde. 7 des 12 stations d’épuration de Chennai sont équipées de générateurs de biogaz. Sans aucun doute, les eaux usées sont une source pérenne d’électricité. Les meilleurs États indiens favorables aux véhicules électriques offrant les meilleures incitations aux acheteurs de voitures électriques.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Tout commence à partir d’un sous-produit inévitable du traitement des eaux usées : les boues. Les boues sont une masse visqueuse de matière organique qui regorge de bactéries mangeuses de matière organique. Les stations d’épuration recyclent leurs boues de nombreuses fois, mais les «boues résiduelles» constituent toujours un danger pour l’environnement. Vous pouvez l’incinérer, mais une manière plus respectueuse de l’environnement consiste à le nourrir de bactéries anaérobies qui le transforment en un gaz riche en méthane appelé biogaz. À ce stade, votre caca s’est transformé en eau claire et en combustible combustible !

Les agences environnementales internationales affirment que même la conversion des voitures à essence et diesel en biogaz peut aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les voitures à vie. C’est ainsi qu’est née la toute première voiture à caca, la Bio Bug. Il s’agissait d’un cabriolet Volkswagen Beetle lancé en 2010 par la société britannique GENeco et modifié pour fonctionner au biogaz raffiné, de la même manière que les voitures à essence peuvent être modifiées pour fonctionner au GNC.

Cependant, l’usine doit avoir à sa disposition une unité de raffinage du biométhane, le biogaz provenant des eaux usées doit être raffiné hors site pour être utilisé dans les voitures. Dans la plupart des cas, brûler le biogaz dans une turbine à gaz sur site est la façon la plus écologique de s’en débarrasser. En d’autres termes, votre caca peut aider à résoudre le réchauffement climatique et alimenter votre voiture, s’il est traité de la bonne manière !

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker