Qui ose comparer Jovenel Moïse à Jean Jacques Dessalines ?

(TripFoumi Enfo) – La connaissance de l’histoire, voilà la seule science qui mette un peuple au repos. Dans l’histoire d’Haïti, il y a un homme dont le nom est synonyme de génie, de liberté pleine et entière, de bon père et pour ses fils et pour ses filles. Il s’agit de Jean-Jacques Dessalines, celui qui, de par son âme ingénieuse restitue l’humanité aux noirs, considérés jadis par des blancs comme des êtres inférieurs dans l’échelle raciale.

En effet, le premier janvier 1804 s’érige un État, qui aura fait tâche d’huile dans l’histoire de l’humanité. Son nom : Haïti, pays des merveilles, pays de liberté et d’égalité entre tous les hommes. Ce n’est nullement un hasard, ce qui donne naissance à cette patrie, car un homme insaisissable du nom Jean-Jacques Dessalines s’y était évertué.

Appelé à diriger la nouvelle nation, Jean-Jacques Dessalines a été, et c’est malheureux, confronté à des difficultés majeures. Voulant y établir la justice sociale, celui qui est né le 20 septembre 1758 a procédé à la vérification des titres de propriétés laissées par les colons. « Et ceux dont les pères sont en Afrique n’auront-ils donc rien ? »


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Jean Jaques Dessalines, c’est un homme-dieu. La bataille à laquelle il s’était livré était celle pour tout le monde, les anciens et les nouveaux libres. Mais, deux ans après après la proclamation de l’indépendance, il a été assassiné, alors qu’il revenait dans le Sud du pays le 17 octobre 1806. La débâcle, depuis.

Quid de Jovenel Moïse ? En 2015, à quelques mois de l’élection présidentielle de 2016, il a été présenté à la grande foule comme le candidat du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) par Joseph Michel Martelly, celui qui se fait appeler « bandit légal », mais président d’alors et ce, malgré lui. C’est déjà un Jovenel Moïse à l’allure d’une mascotte entre les mains d’un petit groupe.

Originaire de la commune du Trou-du-Nord, Jovenel Moïse s’était présenté comme un véritable messie pour le pays. Eaux, humains, terre, soleil, voilà les quatre éléments sur lesquels il s’était basé pour mettre de la nourriture dans les assiettes de ces Haïtiens, les laisser-pour-compte depuis deux siècles.

L’élection a eu lieu. « Nèg bannann nan » est déclaré président d’Haïti. Le voilà donc au pied du mur. Jovenel Moïse a promis monts et merveilles. De toutes ces promesses, celle d’électrifier le pays 24 sur 24 a été celle à laquelle il s’est attaché le plus. Mais, au cours de son quinquennat, aucune action concrète n’a été posée à cet effet.

Le 58ème président a raté l’occassion de se montrer d’être à la hauteur de la mission pour laquelle il a été appelé. Il a roulé le petit peuple dans la farine en mentant à chaque prise de parole. Il était devenu l’expression de la haine populaire.

D’ailleurs, son nom a été épinglé dans des rapports relatifs à des dossiers de corruption. On se souvient de l’affaire petrocaribe dans laquelle son nom a été cité plus de 60 fois. Il aurait même eu des liaisons avec des traficants de drogue.

Le 7 juillet 2021, l’homme de 53 ans a été assassiné de 12 balles en sa résidence privée à Pèlerin 5. Il a été un mal-aimé du peuple, si bien que son assassinat n’ a dérangé en rien dans le traintrain quotidien du peuple. Qui ose comparer Jovenel Moïse à l’excellentissime Jean-Jacques Dessalines comme chef d’État ?

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker