Allez-vous faire FOOTE !

(TripFoumi Enfo) – Le blanc débarque. Il descend l’avion, entre et salue tout le monde. « Bonjour ! Je suis le blanc envoyé pour vous sauver la vie. Vous me devez respect et obéissance », nous rappelant l’arrivée de Christoph Colomb en Haïti, nous rappelant également le début de l’esclavage. Martyr. Chosification. Ségrégation. Racisme. Le blanc débarque. Personne ne peut oser l’envoyer d’aller se faire foutre ! Mais ce n’est pas n’importe quel envoyé. C’est un blanc, venu des États-Unis.

En fait, les partis politiques et des organisations de la société civile se mettaient à discuter en vue de trouver une solution à la crise que confronte le pays. Sans qu’une solution ne soit encore trouvée, le blanc estime trop long la durée des discussions et épaule Ariel Henry, le dernier nommé des premiers ministres par Jovenel Moïse, pour former son cabinet ministériel.

Le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH), les États-Unis et le Core Group parlent d’une seule langue quand il s’agit d’adresser les problèmes du pays. Une langue qui ne détient aucun mot exprimant l’intérêt du peuple haïtien, et qui ne serait qu’instigatrice de la crise multidimensionnelle qui sabote le quotidien de nos citoyens.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Les organisations de la société civile et les partis politiques ont dit clairement qu’il faut à Haïti un président provisoire avec une feuille de route bien définie, un gouvernement reflétant l’aspiration du peuple… tout ceci est rejeté en bloc par l’international qui ne veut pas de président en Haïti jusqu’à la présidentielle, ni de nouveau chef de gouvernement, demandant à Ariel de constituer son cabinet.

Et le blanc débarque !

L’envoyé spécial n’a pas de chapeau de président, mais en a l’air… voyons !

Ce que ferait un président à caractère de rassembleur pour desamorcer la crise via une transition, l’envoyé spécial le fera d’ailleurs. Il est de sa responsabilité de travailler avec des partenaires haïtiens et internationaux pour faciliter la paix et la stabilité à long terme, soutenir les efforts visant à organiser des élections présidentielles et législatives libres et équitables… c’est la mission que les États-Unis donnent à son blanc, Daniel Foote.

Il devra aussi participer dans la coordination des efforts d’assistance dans plusieurs domaines, notamment l’aide humanitaire, la sécurité et l’enquête… quid un président issu d’un consensus.

En même temps…

Avec l’ambassadeur des États-Unis en Haïti, il dirigera des efforts diplomatiques américains er coordonnera les efforts des agences fédérales américaines en Haïti depuis Washington…

Alors,

Daniel Foote est ce dieu qui est envoyé en Haïti pour sauver le peuple haïtien, étant à la fois défenseur des intérêts américains et facilitateur d’une sortie de crise portant l’empreinte des Haïtiens. Grand dilemme.

Pas de président sous la demande de l’international, avec ce président… Haïti peut aller se faire foutre parce que, nulle part dans l’histoire, un envoyé des États-Unis n’a été vraiment facilitateur de solution, quid élément qui alimente les crises ?

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker