Assassinat de Jovenel Moïse : Impossible de faire confiance aux autorités haïtiennes, les clés !

(TripFoumi Enfo) – Il est impossible de faire confiance aux autorités haïtiennes et nous ne savons pas si le FBI nous dira toute la vérité ou seulement ce que Washington veut. Un article de la journaliste de carrière Salud Hernández-Mora que nous vous invitons à lire et analyser.

Espérons que le fugitif Palacios parviendra à traverser la frontière et à se rendre aux autorités de notre ambassade en République dominicaine. Son témoignage est essentiel, le seul qu’il pouvait donner avec des garanties.

Au fur et à mesure que nous apprenons des informations et grâce au travail des experts, de nouveaux doutes apparaissent. Commençons par le nombre : ils ont dit qu’ils étaient 26 dans le premier contingent et que deux sont revenus. Officiellement, il y a 18 détenus, trois morts et un fugitif. Il en manque deux ? Ils sont en fuite ?


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Le récit de la première dame n’est pas cohérent non plus. Je comprends que son expérience ait été terrifiante, mais elle entend des coups de feu et des bruits de pas et a le temps de courir pour cacher ses enfants, de retourner dans la chambre et d’attendre la mort ? Que faisait Moïse pendant ce temps ? Pourquoi ramper sous le lit ?

Un commando n’a pas besoin de 12 balles pour tuer un homme sans défense ; trois ou quatre suffisent. C’était une cruauté inutile. L’ont-ils torturé pour le forcer à signer sa démission, comme ils l’ont dit ? La femme n’a jamais parlé de cet épisode, mais seulement du fait que lorsqu’ils sont retournés dans la chambre, on leur a tiré dessus. Si le mari était déjà tué, pourquoi ne pas l’achever au lieu de vérifier si elle était encore en vie ? Un tueur à gages ne laisse aucun témoin.

Je ne sais pas pourquoi ils ont rejeté d’emblée l’hypothèse que des Haïtiens aient commis le crime avant que Capador ne pénètre dans la chambre. Moïse était un dirigeant aux nombreux ennemis, aussi corrompu que ses prédécesseurs, selon des sources à Port-au-Prince, un homme autoritaire qui avait violé la constitution pour s’emparer du pouvoir, qui avait peu de soutien populaire et qui était accusé d’entretenir des liens avec les gangs criminels locaux.

J’ai fait le tour de l’extérieur de la luxueuse résidence, entourée d’un haut mur, et j’ai eu du mal à croire que les Colombiens n’avaient pas sécurisé les environs afin de procéder à un assassinat. C’est un quartier tranquille, avec seulement quelques maisons, et d’un côté il y a un petit ruisseau où ils auraient pu être surpris. Mais ils ne le contrôlaient pas.

Un autre aspect qui ne colle pas est le manque de planification. Pourquoi 26 ? Il aurait été plus facile de l’exécuter avec un sniper lors d’un événement public peu surveillé. Et il y avait deux tireurs d’élite dans le groupe, mais ils n’ont même pas été recrutés comme tireurs d’élite, et ils n’ont pas reçu de fusil de précision.

Même un petit groupe de trois ou quatre commandos aurait été plus efficace, ils ne laissent aucune trace, accomplissent la mission et disparaissent. Ou ils sont assassinés après. Rappelons qu’il y a toujours eu des complices locaux qui ont facilité l’opération.

Quelle était l’utilité de tant d’hommes, quelle était leur fonction ? Ce que l’on voit dans les vidéos, c’est le personnel de sécurité avançant à pied sans complications majeures. Ils n’ont pas non plus reçu de formation militaire sur le terrain ; au lieu de cela, ils ont reçu des cours d’anglais pour un pays qui parle français et créole.
Ils n’étaient pas dotés d’équipements de communication, ils n’avaient que leurs téléphones portables privés, et n’utilisaient pas de messages cryptés. Ils n’avaient pas tous d’armes ou de gilets pare-balles, et il n’y avait pas non plus de secouriste, ce qui est essentiel dans toute mission.

Ils n’ont jamais vu une maquette de la résidence présidentielle ou un bac à sable, à la manière des forces spéciales avant une opération. De plus, une étude pour un enlèvement ou un assassinat nécessite des semaines de préparation.

Sans parler des traces d’indices laissées par eux et ceux qui les ont engagés. Ils sont passés par l’émigration avec leurs identités ; des billets payés avec une carte d’entreprise ; des photos des réunions des Haïtiens impliqués ; des Colombiens parlant quotidiennement à leurs familles par appel vidéo, même la nuit des événements.

Ajoutez à cela l’offre d’emploi via WhatsApp et les multiples messages envoyés depuis Haïti pour encourager les 256 militaires retraités, issus du deuxième contingent, à ne pas faire marche arrière.

Aucun criminel qui se respecte n’accepte un travail, et encore moins un assassinat, sans être payé entièrement ou à moitié à l’avance pour assurer le bien-être des siens. Ils ne recevaient même pas leur premier salaire, ils achetaient de leur poche les vêtements des gardes du corps qu’ils portaient, et ils n’étaient même pas nourris correctement.

À Port-au-Prince, ils ne se sont jamais cachés, ils ont arpenté les rues, 22 Blancs et deux étrangers marrons, dans une ville d’Afros, en parlant espagnol.

De la façon dont ils ont quitté la scène du crime, tout indique que ce sont les vrais cerveaux haïtiens, et non les idiots utiles qu’ils ont piégés, qui les ont piégés. Il n’y avait pas de plan B d’extraction, alors qu’ils avaient 12 heures pour s’échapper et qu’ils auraient atteint la mer en une heure seulement pour disparaître sans laisser de trace. Ce serait la fuite des vrais tueurs à gages.

Mais ils se sont éloignés et ont été terrifiés lorsqu’ils ont croisé le poste de contrôle de la police. Là, ils ont pris conscience de la supercherie. Ils n’avaient aucun moyen de s’échapper. Et les deux qui auraient pu en savoir plus que les autres ont été tués : Capador et Romero. Quant au fait qu’il s’agisse d’une confrontation, cela ne semble pas être le cas non plus. Capador a été abattu à bout portant et aucun des policiers n’a subi d’égratignure.

La seule chose qui est sûre, c’est que tous les droits des détenus sont violés, à commencer par le refus d’un avocat. Il est impossible de faire confiance aux autorités haïtiennes et nous ne savons pas si le FBI nous dira toute la vérité ou seulement ce que Washington veut. Il n’y a personne en Haïti, mais ce sont les États-Unis qui dirigent tout. Et ils ont besoin de boucs émissaires. Le film tragique ne fait que commencer.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker