Assasinat de Jovenel Moise: Des enquêteurs haïtiens ont reçu des menaces de mort pour ne pas révéler certaines identités, selon CNN

(TripFoumi Enfo) Dans le dossier relatif à l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse, CNN a fait pour une fois de plus des révélations chocs. Selon les témoignages de plusieurs personnes et les différents documents parvenus au média américain, plusieurs personnes responsables de ladite enquête témoignent avoir reçu des menaces de mort si elles osent révéler certaines identités.

« Hé greffier, préparez-vous à recevoir une balle dans la tête. Ils vous ont donné un ordre et vous continuez à faire de la merde », l’une des nombreuses menaces de mort envoyées aux greffiers du tribunal qui assistent l’enquête en Haïti sur l’assassinat de l’ancien Président Jovenel Moise. Ces plaintes officielles ont été déposées auprès de la Police Nationale d’Haïti (PNH) puis reportées par CNN.

Jusqu’à date, ces témoignages ne sont pas révélés au public. Ils auraient été gardés en secret au sein du Ministère de la Justice et ont été révélés à l’exclusivité à CNN. Selon les précisions du journal américain, ces documents révèlent des témoignages inédits de suspects clés, des tentatives mystérieuses d’influencer l’enquête et le danger aigu ressenti par les enquêteurs judiciaires alors qu’ils tentent de découvrir qui a tué le Président le 7 juillet dernier.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Outre cela, CNN révèle que ces menaces de mort ne sont pas la seule chose qui complique le travail des enquêteurs haïtiens. Plusieurs sources ont également décrit à CNN une série de barrages routiers inhabituels lancés aux enquêteurs, notamment des difficultés d’accès aux scènes de crime, aux témoins et aux preuves. « Le résultat est une enquête qui a, à plusieurs reprises dévié du protocole établi, selon des initiés et des experts juridiques indépendants ».

Carl Henry Destin, le juge de paix qui a officiellement documenté la maison et le corps ravagé de Jovenel Moïse quelques heures après sa fusillade, est entré dans la clandestinité deux jours plus tard. «Pendant que je vous parle maintenant, je ne suis pas à la maison. Je dois me cacher quelque part au loin pour vous parler», a déclaré Destin à CNN, décrivant dans un français rapide les multiples appels téléphoniques menaçants qu’il avait reçus d’appelants inconnus.

Des greffiers qui travaillent avec Destin et d’autres juges d’instruction ont également été visés, selon des documents obtenus par CNN. Le 12 juillet, l’Association nationale des greffiers haïtiens a publié une lettre ouverte appelant à une attention « nationale et internationale » aux menaces de mort reçues par deux greffiers locaux, Marcelin Valentin et Waky Philostene. La lettre exige une action du Ministre de la Justice Rockefeller Vincent pour garantir leur sécurité.

« Waky, ils vous ont dit d’arrêter de fouiller les maisons des gens dans l’affaire de l’assassinat du Président et vous avez refusé. On vous a dit de retirer deux noms et vous avez refusé. Nous vous surveillons. ». Pour sa part, selon la même plainte, Valentin a reçu un SMS : « je vois que vous continuez à faire des recherches dans l’affaire du Président. Ils vous ont dit de retirer deux noms et vous refusez. Je vous appelle et vous refusez mais je connais chacun de vos mouvements. »

Selon le registre officiel des plaintes, l’appelant a demandé des informations sur l’enquête et menacé de mort Valentin s’il refusait d’ajouter certains noms à son rapport ou de modifier les déclarations des témoins. La plainte ne détaille pas les noms ou les déclarations. Contacté par CNN, le procureur en charge de l’affaire, Bedford Claude, a déclaré que : « Tout le monde reçoit des menaces », y compris lui-même. Il a ajouté qu’il travaillerait à organiser plus de sécurité pour les enquêteurs.

Destin a également déclaré que lui et d’autres n’avaient pas été immédiatement autorisés à entrer sur le site où le Président a été attaqué vers 1 heure du matin. Malgré son rôle vital dans la documentation de la scène, la justice n’a pas été autorisée à pénétrer dans le périmètre de la police pendant des heures – un délai très inhabituel qui, selon les initiés, soulève le spectre d’une falsification de preuves.

« La police m’a informé que la scène n’était pas encore dégagée pour (moi) me permettre de venir sur les lieux pour recueillir des preuves », a-t-il déclaré à CNN. «J’ai dû attendre jusqu’à 10h00. À ce moment-là, ils m’ont alors informé que la police était sur les lieux et que nous pouvions désormais accéder à la résidence présidentielle. » Selon Destin, la police a expliqué que les assaillants étaient toujours à proximité et représentaient un danger potentiel.

Mais, des sources affirment que le juge et son équipe ont été obligés d’attendre juste à l’extérieur de la résidence du Président – ​où ils auraient été tout aussi exposés à des rencontres fortuites avec des assassins en fuite. «Je n’ai jamais entendu parler de personne empêchant un juge et ses greffiers de se rendre sur une scène de crime », a déclaré Brian Concannon, un expert du système juridique haïtien.

Toute possibilité que la police haïtienne détient des informations d’enquêteurs pourrait faire craindre un conflit d’intérêts, à un moment où des dizaines de policiers et de chefs de la sécurité sont soupçonnés d’avoir des liens avec l’affaire. Pourtant, aucune des sources de CNN n’a fait d’accusations spécifiques quant à savoir qui pourrait être responsable des multiples violations du protocole.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker