Que penser des déclarations de Rénald Luberice autour de la tenue d’un Conseil des ministres ?

(TripFoumi Enfo) – Dans son édition du 28 juillet 2021, Le Nouvelliste a écrit dans un article titré « Ariel Henry perd sa première bataille à la tête du gouvernement » que le Premier ministre devrait remettre le pays sinon sur les rails de la démocratie mais au moins sur le chemin menant au train. Le quotidien va trop vite en besogne. Comment le nouveau Premier ministre peut-il remettre le pays sur les rails quand il est lui-même déraillé ? Sans légitimité démocratique, sans légalité, sans représentativité, il a accepté de prendre le pouvoir sous la bénédiction du « Core Group ». Le nouvel homme fort du pays n’est responsable que devant lui-même : il n’a de compte à rendre à personne. Sans contrôle parlementaire, il cumule autant les fonctions exécutives que législatives. Pour une gouvernance à deux établie par la Constitution de 1987, la situation de ce nouveau chef de gouvernement dépasse vraiment la mesure. L’État doit être un corps de fonctionnaires intègres. Or Haïti a sa tête un Premier ministre, Chef de l’administration publique, qui agit en dehors de toute règle de contrôle, donc de sanction. Avec une telle gouvernance dépourvue de l’éthique gouvernementale, le risque de corruption est élevé. Du coup, l’intégrité de l’ensemble des membres du gouvernement est déjà compromise.

Que penser des déclarations de Rénald Luberice autour de la tenue d’un Conseil des ministres ?

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker