Afghanistan : Les talibans déclarent n’avoir aucune haine contre les États-Unis

(TripFoumi Enfo) – Des dizaines de soldats ont été débarqués en Afghanistan il y a 20 ans de cela. Ce, pour empêcher que les talibans, considérés comme des terroristes, prennent en otage le territoire afghan. À la fin du mois d’août, la dernière escorte de soldats américains qui sécurisaient les lieux sont retournés chez eux au terme d’un accord signé à la fin du mandat de Donald Trump. Près de deux (2) semaines plus tard, les talibans ont refait surface et pris en otage le Palais Présidentiel afghan. Le président a pris la fuite. Pourtant, les talibans déclarent n’avoir aucune haine à l’encontre des États-Unis, lesquels les avaient empêchés de prendre le contrôle de l’Afghanistan depuis 20 ans.

« Nous n’avons aucune rancune », a déclaré le porte-parole Zabihullah Mujahid lors d’une conférence de presse à Kaboul. Les talibans ont cherché mardi à apaiser les craintes en Occident, notamment aux Etats-Unis, que leur retour au pouvoir ne constitue un refuge pour les terroristes et un recul des droits des femmes. « Je voudrais assurer la communauté internationale, y compris les États-Unis, que personne ne sera blessé en Afghanistan », a déclaré le porte-parole Zabihullah Mujahid lors d’une conférence de presse à Kaboul.

Alors que les talibans ont fait des promesses similaires dans le passé, les remarques de Mujahid étaient une indication claire des efforts du mouvement pour tendre la main à la communauté internationale et encourager l’engagement international avec le groupe. Les talibans tentent de consolider leur contrôle sur le pays après la prise de contrôle rapide comme l’éclair du mouvement alors que les troupes américaines se retirent, tout en faisant savoir au monde qu’ils ont modéré certaines de leurs opinions islamiques ultraconservatrices.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Il a offert à la communauté internationale et aux Afghans quelques-uns des premiers aperçus de ce à quoi pourrait ressembler un gouvernement taliban, affirmant que le groupe était attaché aux droits des femmes dans le cadre de la charia et leur permettrait de travailler et d’étudier. Mujahid a également rassuré ceux qui s’étaient battus contre les talibans, ainsi que tous les interprètes et sous-traitants, qu’ils avaient été « graciés », rapporte NBCNEWS. Il a dit qu’il ne voulait pas que les jeunes Afghans partent en les décrivant comme les « atouts » du pays.

« Notre nation est une nation musulmane, que ce soit il y a 20 ans ou maintenant », a-t-il déclaré. « Mais quand il s’agit d’expérience, de maturité, de vision, il y a une énorme différence entre nous par rapport à il y a 20 ans. » Les déclarations seront accueillies avec scepticisme par certains Afghans, qui en sont venus à s’attendre à ce que les militants interdisent aux femmes les activités publiques et ont déjà réprimé brutalement certaines communautés et villes qu’ils ont conquises.

Alors que le ton de Mujahid était conciliant, il a également félicité la nation pour « l’émancipation » de l’Afghanistan et l’expulsion des « étrangers » après une lutte de 20 ans. Retenus dans la nature pendant deux décennies après avoir été renversés par une invasion dirigée par les États-Unis, les talibans sont revenus dans les villes et les villages d’Afghanistan pour prendre le pouvoir moins de deux semaines après avoir intensifié leur campagne militaire d’insurgés alors que les troupes américaines se retiraient.

Les États-Unis ont envahi à la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001, renversant le régime taliban intransigeant qui avait abrité l’architecte du 11 septembre et chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden. Deux décennies plus tard, les militants ont repris le contrôle et les États-Unis se bousculent pour les sorties. Alors que les militants peuvent crier victoire, on ne sait toujours pas combien de pays reconnaîtraient un gouvernement taliban. L’envoyé spécial des États-Unis en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, a déclaré la semaine dernière qu’un gouvernement imposé par la force serait un « État paria ». Mais la Chine et la Russie ont déclaré lundi qu’elles étaient disposées à s’engager avec les talibans.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker