Assassinat de Jovenel Moïse: « Il était déjà mort avant notre arrivé” selon le fugitif Mario Palacios

(TripFoumi Enfo) – Mario Palacios, l’un des ex militaires colombiens accusés d’avoir assassiné Jovenel Moïse le 7 juillet dernier, déclare au journal colombien La Semana, que le chef de l’État a été déjà tué à l’arrivée de sa troupe dans sa résidence privée à Pèlerin. Vivant en toute clandestinité en Haïti et ayant à son encontre un avis de recherche, le concerné affirme d’emblée qu’il ne va pas se rendre aux autorités policières haïtiennes, qui selon lui sont corrompues jusqu’aux os. « Je suis un fugitif de la justice ici (en Haïti) parce qu’ici il n’y a aucune garantie de quoi que ce soit. Ici, les policiers sont tous corrompus. Il n’y a rien ici. C’est le no man’s land », a t-il déclaré en exclusivité au journal.

Lisez l’intégralité de l’histoire du fugitif colombien encore sur le territoire d’Haïti, depuis l’assassinat de Jovenel Moise.

« La sécurité du président a été altérée ».


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

Le 23, ils nous ont emmenés dans la nuit hors de l’hôtel, dans une autre maison appartenant à un homme d’origine chilienne. Là, ils nous ont parlé d’une autre mission pour aller capturer un homme, et que nous devions rester là jusqu’à ce qu’il sorte. Nous sommes restés (dans cette maison) pendant trois jours. Le jeudi soir, aux premières heures du matin, nous avons commencé à accomplir le boulot. Nous étions répartis comme suit : la première équipe était composée de Don Manuel (Grosso) avec (Germán) Rivera et les citoyens américains haïtiens. La deuxième équipe était celle qui allait entrer dans la chambre et la troisième voiture était mon équipe.

La deuxième voiture avait pour mission de neutraliser les policiers. M. James (Solages) est arrivé et a commencé à parler dans un mégaphone en prétendant qu’il s’agissait d’une opération de la DEA. Nous avons commencé à avancer. Nous sommes arrivés à la barrière. Le sergent (r) Edwin Blanquicet a grimpé une échelle pour franchir le portail, mais la porte avait été laissée ouverte car il y avait des gens à l’intérieur. Des gens de la sécurité du Président étaient corrompus. On a entendu des tirs de mitrailleuses. Nous avons tiré quelques coups de feu à l’intérieur. Nous sommes entrés par la porte parce qu’elle était ouverte. Nous l’avons poussée et sommes entrés.

« DANS L’AUTRE PIÈCE PRINCIPALE SE TROUVAIT M. LE PRÉSIDENT… MORT. »

Nous y sommes entrés. Les gens qui tiraient avec la mitraillette ont escaladé un mur. Ils l’ont laissé là. On m’a laissé fouiller une chambre à la première étage. Quand nous sommes montés à l’étage, à gauche il y avait une grande pièce et un grand dressing et à droite il y avait une pièce avec des vêtements. J’ai fait la chambre de gauche. J’ai appelé le club et j’ai dit « Bien sûr, vérifions ici, car le monsieur n’est pas là ». Nous sommes allés vérifier la loge. Il n’y avait rien. Il y avait une salle de bain. Nous sommes retournés et avons fait des munitions. Nous sommes retournés dans l’autre pièce. Le Président était déjà dans l’autre pièce principale.

Il y avait des Yepes, mon cousin Romero, le commando Pipe et d’autres. Nous avons dit : « Où est-il ? Il était là, il était allongé avec la dame, il y avait le monsieur et la dame….. Alors que s’est-il passé ? Non ! Ils ont dit qu’ils étaient morts… Quand ils ont annoncé qu’ils étaient morts, ils ont commencé à chercher du matériel électronique, ils ont commencé à le fouiller. Puis nous avons entendu l’ordre qu’il était temps de partir, que tout avait mal tourné. Nous sommes arrivés, nous avons pris ce que nous pouvions et nous sommes sortis. Quand nous sommes sortis, James (Solages) était désespéré parce que tout avait mal tourné, ce Dimitri, ce Dimitri, a-t-il dit, Don Manuel et Don Mike et Don Rivera, ce Dimitri, je ne sais pas ce qu’ils avaient avec Dimitri et puis l’homme est venu et je lui ai dit que l’homme (le Président Jovenel Moïse) était mort.

« Ils ne nous ont pas laissé respirer, ils ne nous ont jamais dit de nous rendre ».

Nous avons commencé à partir dans quelques voitures….. Ceux qui étaient devant nous ont neutralisé des policiers qui étaient sur une colline. Nous les avons attrapés, avons pris leurs armes et ensuite les policiers nous ont suivis et nous les avons attachés. Après un moment, une autre voiture de patrouille est arrivée, les hommes sont arrivés. Il ne s’est rien passé. Ils sont repartis et nous avons continué. Quand nous sommes arrivés dans un grand parc, il y avait le quartier général de la police. A partir de là, deux voitures nous ont dépassés. Ils ne nous ont pas laissé passer. M. James et M. Blanco ont commencé à dire qu’ils étaient de la DEA. Ils nous ont retenus là-bas. Ils nous ont gardés toute la matinée, toute la journée. (J’ai entendu que) ils ont appelé tout le monde, un certain Arcángel, M. Antonio ‘Tony’, ils ont appelé beaucoup de gens pour les faire sortir… et rien.

« Je ne sais pas qui l’a tué ».

Quant à l’assassinat de M. le Président, je ne sais pas qui l’a tué. Je dis cela du fond du cœur pour ma famille, pour mes enfants. Je ne sais pas qui l’a tué parce que lorsque je suis arrivé dans cette pièce, il y avait déjà les commandos Yepes et M. Romero ; il était déjà mort et d’autres commandos, M. Pipe, étaient déjà dans la pièce avec lui. Ils ont dit « il est et il est mort », mais ils n’ont pas dit s’ils l’ont tué. Maintenant ils sont en prison pour sauver leur peau et ils blâment les morts et moi, parce que je suis en fuite ? Ils veulent donc sauver leur peau aux dépens de ceux d’entre nous qui ne sont pas en prison.

« Ils nous torturent ».

Les autres policiers sont montés contre nous, avec tout pour nous torturer. Ce n’était pas dans la maison du président qu’ils nous ont torturés. Ils nous ont torturés là-bas. Ils nous ont massacrés avec le 2.50 et le Remington. Ils sont venus dans notre maison. Ils ont tué M. Romero avec une grenade à main. Ils l’ont jeté sur lui. Elle a atterri sur lui et il est tombé raide mort. M. Manuel a aussi été blessé. Il est resté étendu là. Il a dit « les garçons, partez« .

M. Rivera est sorti et a annoncé qu’il se livrait avec deux autres commandos. Et pendant qu’il se rendait avec les commandos, nous avons dit au commandant du Naiser « non, nous ne pouvons pas nous rendre« . On a monté les escaliers et ils nous ont surpris. Il s’est jeté entre les marches. Je me suis jeté dans un trou. Je me suis couvert avec un morceau de carton et je ne sais pas où je suis atterri à partir de là. Je suis resté couvert là jusqu’à ce qu’il fasse nuit. Je pouvais à peine bouger car ils tiraient et tiraient encore et si je bougeais, ils me tueraient. …. M. Manuel nous a dit « ne tirez pas sur la police parce que les choses vont se compliquer pour nous si nous tuons un policier« . Nous ne l’avons jamais fait, nous avons épargné leurs vies. Ils n’ont pas épargné nos vies, ils nous ont criblés de balles de point 50, nous n’avions plus de munitions et les coups que nous tirions étaient tirés en l’air ou sur les murs.

« Nous avons été trompés. Nous nous sommes rassemblés comme des enfants suçant des bonbons, heureux parce que le salaire était intéressant.

« Je lui ai dit : ‘parcero, aide-moi, aide-moi, ils vont me tuer’ ».

Quand je suis sorti, il était sept ou huit heures, il faisait nuit. Je suis sorti doucement. J’ai escaladé un ravin. J’ai enlevé mon gilet et me suis allongé un moment et c’est alors que j’ai entendu M. Manuel crier à l’aide. Et bang, les hommes sur la route ont bougé. Ils sont montés et bang, ils l’ont tué. Ils l’ont tué, ils n’ont pas épargné sa vie. J’ai été laissé seul. J’étais le dernier. J’étais seul. J’ai escaladé le mur. J’ai sauté sur la route. J’ai pris le côté gauche, je suis entré dans un trou pour me reposer. Vers huit heures, je suis sorti, je suis retourné sur le côté droit et rien. De ce côté, la police était très proche et rien, ils ont failli m’attraper.

Je suis retourné à l’endroit où je me cachais. Je suis monté et à cinq heures du matin je suis sorti sur la route et je suis resté là à errer, à tourner sur cette route jusqu’à ce que vers 6h30 du matin un homme sur une moto avec un homme chauve passe, j’ai mis ma main sur lui et ils m’ont monté. Et j’y suis allé. Je suis passé devant le commando. Ils ne m’ont pas reconnu. Je suis passé par là. Je suis arrivé au village et j’ai acheté des vêtements. J’ai changé et c’est tout. C’est là que j’ai commencé à me promener sans me mettre en évidence. J’ai rencontré un homme qui parlait espagnol, un Américain, et je lui ai dit : » parcero, aide-moi, aide-moi, ils vont me tuer, emmène-moi là où tu vois que je suis en sécurité « . Il m’a emmené là-bas, dans une maison où il y avait une dame.

« Ma vie est en danger ici.

Une dame m’a protégé. Parfois, je dois courir dans la brousse et la nuit, je dois quitter la maison. Mais c’est là que j’étais, à l’abri. J’ai donc besoin d’aide, mais c’est urgent. Ma vie est en danger ici.

« Nous avons été trompés ».

Tous ceux d’entre nous qui venaient de Colombie ont été trompés. Nous avons été trompés. Nous nous sommes réunis comme des enfants qui sucent des bonbons, heureux parce que c’était une bonne offre d’emploi et que le salaire était bon aussi. Ils allaient nous payer 2 700 dollars à l’époque. C’était une offre d’emploi. Nous ne sommes pas venus en tant que mercenaires pour tuer qui que ce soit. Nous sommes venus pour travailler, pour travailler dans le domaine de la sécurité, qui est la seule chose que nous connaissons, la seule chose que nous connaissons de la sécurité, ce sont les commandos colombiens… Ils ont transformé nos camarades en rien, ils les ont fait exploser. Ils n’ont accès à rien dans cette prison. Ils prévoient de les mettre dans les prisons où se trouvent les gangs.

Je suis donc mort avant de me rendre. On ne m’a pas appris à me rendre dans l’armée.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker