La recrudescence de l’insécurité, un calvaire pour la société haïtienne

(TripFoumi Enfo) – Haïti, première République noire indépendante appelée autrefois l’Archipel des Antilles est maintenant au rang des pays les plus pauvres du monde et de l’Amérique d’où elle est maintenant perçue comme un pays d’exception. Un pays où l’insécurité bat son plein, les bandits imposent leurs lois aux yeux des autorités, ils tuent, ils séquestrent, ils pillent sans épargner même les plus vulnérables.

L’insécurité comme phénomène social a pris plusieurs dimensions depuis quelques temps au sein de la société haïtienne. Elle peut être: sociale, alimentaire, économique, politique, juridique, etc.

Un phénomène qui monte en puissance aux yeux des autorités où les bandits circulent à l’œil nu en apportant l’insécurité au Salon même des prétendus responsables de l’État avec l’assassinat de l’ex-président Jovenel Moïse en sa résidence privée à Pèlerin 5.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop:https://t.me/TripFoumi!

Ce phénomène n’est pas causé seulement par la montée de l’exode rurale et de la ghettoïsation de certains quartiers, mais il bat son plein dans la société haïtienne à cause de l’irresponsabilité des responsables de nos gouvernements.

Le phénomène d’insécurité n’est pas apparu au sein de la société haïtienne comme le résultat d’un tout complexe. Il se dessine en Haïti clairement depuis le militantisme populaire étatisé (apparition des «chimè») jusqu’à la «phtkisation» du pouvoir, qui est sa forme la plus radicale. Il nous a donné ce phénomène, des pratiques barbares où des hommes armés arrivent à pénétrer la résidence privée hautement sécurisée du Président Jovenel Moïse et l’ont lâchement assassiné; ce qui veut dire beaucoup aux yeux du monde.

À qui profite cette «gangstérisation»?

Devenue malheureusement la norme sociale actuellement, la ganstérisation est sur le point de détruire les jeunes des quartiers pauvres, victimes de ce système de Léviathan mise en place par les élites économiques et politiques du pays. En ce sens, on ne cite pas les élites sociale, académique et morale parce qu’elles nagent dans une forme d’insécurité intellectuelle en essayant fort souvent d’appréhender le réel pour ce qu’il n’est pas, un savoir pour ce qu’il n’est pas, une morale pour ce qu’elle n’est pas. Mais, ils ne sont pas innocents pour autant !

Face à cette situation, une chose est sûr, le peuple est le grand perdant. Sur ce point, la communauté internationale a son rôle dans cette déchéance et cette instabilité chromosomique du pays en essayant maintes fois d’imposer leur logique et leurs pions.

Malgré la montée en puissance de ce phénomène, une chose est sûre, il y aura un réveil brutal de cette population martyrisée et exploitée. Une génération consciente un jour, mettra de côté les voyous, les traîtres, les invertébrés et, à la guerre comme à la guerre, elle combattra envers et contre quiconque qui empêche ou empêchera à cette grande nation d’assumer sa destinée.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker