Jean Charles Moïse garde sa ligne de combat jusqu’au bout!

(TripFoumi Enfo) – Ce n’est pas trois fois rien de garder une ligne de combat dans un pays où la corruption, l’impunité, la misère entre autres, règnent en maître et seigneur. De la classe politique traditionnelle haïtienne aujourd’hui, l’un des acteurs très présents sur la scène et sur qui on peut compter reste et demeure Jean Charles Moïse.

Ce dernier, avec son origine modeste, traîne derrière lui plus de 30 ans de carrière dans la politique haïtienne et ce, aux prix de l’honnêteté et de l’intégrité. De maire de Milot à trois reprises, à conseiller politique du Président René G. Préval et Sénateur de la République, le surnommé « Bombardier du Nord » a su se tailler une place de choix dans ce secteur. Ces derniers jours, le leader de la plateforme Pitit Desalin fait l’objet de critiques acerbes pour avoir obtenu un passeport diplomatique. Sans s’appuyer sur aucun texte de lois interdisant à un citoyen d’avoir en sa possession un tel document de voyage, ses détracteurs s’en prennent à lui à longueur de journée.

Lors de la présidence de Michel Martelly, Jean Charles Moïse, Sénateur d’alors, était monté au créneau pour dénoncer les dérives du Président. Il a été le premier à évoquer la question de la double nationalité du premier des « bandits légaux devenu Président d’Haïti. Depuis lors, Jean Charles Moïse reste dans sa ligne de combat pour faire tomber « le système » et la classe politique traditionnelle haïtienne, qu’il qualifie très souvent de « bande de corrompus ». Ainsi, celui qui a fait des études dans les sciences comptables en Haïti, est devenu une cible à abattre à tout prix.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop:https://t.me/TripFoumi!

Pourquoi est-il la nouvelle cible aujourd’hui ? 

L’assassinat de Jovenel Moïse a fait tomber les masques que portaient certains « opposants ». Cet événement a mis à nu aussi le déchirement existant au sein du Parti Haïtien Tèt Kale. Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister, dit la sainte bible ( Matthieu 12 :25). Ainsi, la division régnant au sein du PHTK ne fait que renforcer Jean Charles Moïse comme potentiel candidat des prochaines élections présidentielles. Donc, ni l’ancienne opposition ni le PHTK ne pourront lui barrer la route, si on veut réaliser une analyse pointue de la situation actuelle du pays.

L’homme de 54 ans est reconnu comme celui qui avait refusé une forte somme d’argent de Michel Martelly. D’ailleurs, le journaliste de la Radio vision 2000, Valéry Numa avait déclaré avoir eu des preuves que Jean Charles Moïse avait refusé cet argent. L’ancien candidat malheureux à la dernière élection présidentielle de 2016 continue de mener une vie modeste. Après avoir terminé son mandat comme Sénateur en 2014, le père de 6 enfants est retourné à Milot où il cultive du cacao et du café.

Connu pour ses positions critiques sur l’ingérence américaine dans la politique haïtienne, Jean Charles Moïse continue de faire parler de lui, que ce soit en Haïti ou à l’étranger. Il est aussi connu et apprécié pour ses différentes analyses prédictives concernant les multiples problèmes que confronte Haïti. Jean Charles Moïse contre vents et marées garde sa ligne de combat jusqu’au bout. 

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker