Samir Handal subira-t-il le même traitement que Mario Palacios Palacios?

(TripFoumi Enfo)- Les autorités turques ont procédé à l’arrestation, ce lundi 15 novembre 2021, de l’homme d’affaires Samir Handal qui, selon les autorités haïtiennes, est l’un des principaux suspects de l’assassinat en juillet du président Jovenel Moïse.

L’homme d’affaires Samir Handal a été arrêté lundi matin à l’aéroport d’Istanbul, où il est arrivé en transit des États-Unis vers la Jordanie, a rapporté l’agence Anadolu. Il a été emprisonné à Istanbul sur une ordonnance de garde temporaire de 40 jours par les autorités turques.

L’arrestation de Samir a été annoncée par les autorités haïtiennes plus tard lundi, le ministre haïtien des Affaires étrangères Claude Joseph a tweeté qu’il en avait parlé avec son homologue turc. Cependant, il n’a donné aucun détail supplémentaire et n’a pas précisé si Haïti demanderait l’extradition de l’homme.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

À ce jour, plus de 40 suspects ont été arrêtés jusqu’à présent dans le meurtre présidentiel, dont 18 anciens soldats colombiens et plusieurs policiers haïtiens. Mario Palacios Palacios figure dans cette longue liste.

L’équation devient difficile, car Haïti n’a signé aucun accord d’extradition avec la Turquie. C’est alors le même cas de figure de Palacios Palacios qui se présente. Arrêté à la Jamaïque, ce dernier attend d’être remis aux autorités haïtiennes.

Les autorités haïtiennes réclament de la Colombie, la Turquie et la Jamaïque une « entraide judiciaire » pour l’avancement de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse par un commando armé, dans sa résidence privée, à Pèlerin 5.

Jusqu’à présent, ni Palacios ni Handal ne sont encore mis à la disposition de la justice haïtienne en dépit de leur implication présumée au premier niveau dans l’assassinat de Jovenel Moïse. Cela traduirait-il l’incapacité du gouvernement haïtien à trouver un terrain d’entente avec les pays concernés pour livrer les suspects? De toute façon, le gouvernement d’Ariel Henry peine à mettre la main sur la bonne formule qui permettrait de classer ce dossier. L’enquête se poursuit…

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker