Bob C et ses dérives non sanctionnées !

(TripFoumi Enfo)- La presse constitue le quatrième pouvoir dans la démocratie moderne, dit-on. En Haïti, des journalistes et leaders d’opinion parlent à la radio et à la télévision comme bon leur semble, sans le respect des principes d’éthique et déontologiques de ce noble métier : le journalisme. C’est le cas de Roberde Céliné dit Bob C, l’un des journalistes présentateurs à la Radio Télévision Caraïbes (RTVC).

Des étudiants en journalisme se questionnent sur la nouvelle formule adoptée par certains journalistes vétérans lors de la présentation des éditions de nouvelles. Ils se sont plongés dans la confusion totale, car un journaliste doit traiter des faits réels, pas de fiction. Sinon c’est de la littérature, non du journalisme. La nouvelle doit aussi être intéressante. Elle doit piquer la curiosité. Elle doit toucher les gens. C’est à la fois affaire de signification et d’art de présenter et de raconter les faits.

De plus, les chercheurs et analystes de la presse ont établi que pour qu’il y ait matière à nouvelle, le journaliste doit disposer d’informations répondant à six ingrédients : la proximité (pour le lecteur : géographique, émotionnelle, culturelle), l’auto-identification, la renommée des acteurs (de ceux dont on parle dans la nouvelle), le contenu conflictuel, l’intérêt humain (qui chatouille les émotions du lecteur) et l’événement bizarre, inattendu ou insolite (qui répond à la curiosité).

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop:https://t.me/TripFoumi!

La nouvelle rapporte les faits, elle ne donne pas d’opinions. Si les faits rapportés sont agrémentés de l’opinion personnelle du journaliste, on se retrouvera inévitablement en pleine confusion des genres (voir plus loin). Le lecteur risque de s’y perdre et de ne plus distinguer ce qui émane de la bouche de la personne dont il est question dans l’article et ce qui représente la pensée du journaliste. L’opinion du journaliste n’a pas sa place dans une nouvelle. On écrit un article de faits ou on écrit un texte d’opinions, pas les deux à la fois. Par contre, il est tout à fait convenable d’exposer l’opinion d’une personne concernée par le sujet de la nouvelle. Le journaliste peut faire parler un expert qui énonce son opinion dans la mesure où ses propos contribuent à la compréhension de la nouvelle.

Ces dernières années, le journal « Premyè okazyon » de la RTVC devient l’une des éditions de nouvelles la plus écoutée du pays. Sans doute. Sur le 94.5 Fm, entre 5h et 7h 30 du matin, les voix de Roberde Céliné, de Guerrier Dieussel et de Pierre Renel René, les trois présentateurs vedettes du journal, résonnent du lundi au vendredi.

Mais, durant ces trois dernières années, on a pu constater qu’il existe une tendance à être à la fois présentateur et commentateur. Cela pose un problème de respect des principes déontologiques de ce métier qui ne veulent pas qu’on commente et présente en même temps un fait. Roberde Céliné se trouve dans la lignée des journalistes qui usent à la fois le pôle du commentaire et informatif au cours de ses éditions de nouvelles. Parfois, il se fait passer pour un analyste, reporter, présentateur et comédien empêchant ainsi ses collègues de faire leur boulot.

En 2019, le nom de celui qui se fait appeler « papa pèp » a été cité dans un scandale sexuel avec la fille de l’ex ministre de l’éducation nationale, Josué Agenor Cadet où Bob C aurait des rapports sexuels avec elle, plusieurs fois. En 2018, elle a révélé que Bob C l’avait abusée sexuellement alors qu’elle s’était rendue à la radio pour demander de l’aide financière. Malgré une plainte déposée le 27 mars 2019 contre le présumé violeur ou profiteur, l’affaire reste sans suite et le fameux « l’original, le vrai » présentateur continue à faire son travail sans aucune sanction. Jusqu’à présent, même les associations des journalistes et/ou des médias haïtiens restent muets sur ce sujet.

En décembre 2020, celui qui compte plus de 25 ans de carrière en tant que journaliste a révélé avoir en sa possession une « arme de guerre » (manch long) non reconnue par les autorités policières et judiciaires. En d’autres termes, il a clairement avoué avoir en sa possession une arme illégale. Ni la justice ni la Police ni l’adminstration de l’institution où il travaille n’ont pipé mot.

À la station même, à cause du non respect des principes, lors d’une discussion avec son collègue Kesnol Lamour, il a tenté de menacer le chroniqueur sportif avec son arme à feu. Tom Malè était très remonté contre lui ce jour là, aucune sanction, même pas une lettre de blâme. Il fait et dit n’importe quoi, sans le moindre respect pour quiconque.

Depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse, entre Roberde Celiné et la sœur Laura, une « prophétesse » qui avait prédit la mort du Président, le torchon brûle. Sur la même lancée, la servante de Dieu a annoncé la mort du Léoganais. Mécontent, Bob C monte au créneau et tacle la sœur Laura en pleine édition de nouvelles. « Sè Laura se yon bouzen sou pay nan kwabosal la li ye. Li pa kretyèn vre », fustige celui qui se dit avocat. De tels propos qui, malgré leurs caractères discriminatoires, dénigrants et compromettants, restent non sanctionnés et ce, même par l’administration de la Radio. Il n’y a pas que ces affaires précitées dans lesquelles le nom de Bob C a été cité, il y a également la question de chèques qu’il recevrait de la part du sénateur Kedlaire Augustin en tant que consultant et une affaire de vente de riz subventionné du BMPAD.

Haïti a besoin de nouveaux modèles d’hommes et de femmes responsables qui soient en mesure de travailler pour une meilleure postérité. La presse, étant considérée comme le quatrième pouvoir et un appareil idéologique, dit-on, devrait être à même de forger une nouvelle classe d’individus honnêtes, intègres, respectueux et respectables.

Ce présent article ne vise pas à s’attaquer personnellement au journaliste mentionné. Il s’agit d’un travail visant à attirer l’attention de toute la sociéte sur les problèmes d’éthique et déontologiques qui existent dans le métier du journalisme avec comme échantillon Roberde Céliné dit Bob C.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker