Il faut passer à l’action contre l’insécurité dégénérée, positionne l’ancien officier Wenceslas Douzable

(TripFoumi Enfo) – Intervenant à l’émission « TI KOZE AK TT/Chimen Verite » sur TripFoumi Enfo et sur les ondes de la radio Zénith, ce mercredi 24 novembre 2021, l’ancien officier et ex commissaire de Police, Wenceslas Douzable, a fait le point sur la situation d’insécurité du pays.

Face à l’insécurité généralisée qui laisse impuissante la Police Nationale d’Haïti (PNH), même l’embryon de l’armée remobilisée par le feu Président Jovenel Moïse ne pourrait pas intervenir, constate l’ancien officier Douzable. « C’est une armée technique et non de combat. Elle ne peut pas intervenir sur le terrain », ajoute-t-il. Toutefois, l’ancien officier Douzable souhaite que cette armée s’adapte à la situation pour pouvoir venir en support à la PNH.

L’ancien officier des FAd’H, qui vit depuis plusieurs années à l’extérieur du pays, croit qu’il faut une volonté politique réelle pour endiguer l’insécurité. Ensuite, la restructuration de la Police se révèle d’une importance capitale pour créer un climat de confiance et de solidarité entre les agents de l’ordre.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop:https://t.me/TripFoumi!

Malgré tout, l’ex commissaire Douzable, qui détient également une maîtrise en sciences de l’éducation, reconnaît une certaine volonté chez bon nombre d’agents de l’institution policière qui veulent changer la donne. De ce fait, il souhaite que des dirigeants compétents arrivent à la tête de la PNH afin de bien planifier les opérations.

Wenceslas Douzable a profité du micro de Thériel Thélus pour exprimer son regret de voir notre chère Haïti être aujourd’hui sous le contrôle des gangs armés, qui risquent un jour de prendre le pouvoir de l’État, si nous ne trouvons pas une solution rapide afin de pallier ce problème endémique.

Enfin, l’ancien officier suppose que dans une société contradictoire où le banditisme bat son plein, la violence reste une dernière alternative pour y mettre fin et recommencer à partir d’un nouveau contrat social. À cet effet, il conclut que l’heure n’est plus à la parole, mais à l’action.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker