À la une

Nouvelles discussions sur le nucléaire iranien à Vienne


 
(TripFoumi Enfo) – Des discussions sur le nucléaire iranien ont repris ce lundi 27 décembre à Vienne. Selon Téhéran, elles doivent aboutir à la levée des sanctions américaines et garantir que Washington réintègre l’Accord.
 
Il s’agit, en effet, du huitième cycle de négociations entre ces différentes puissances (Allemagne, Chine, France, États-Unis, Royaume-Uni et la Russie) et la République Islamique d’Iran, avec également la participation de l’Union européenne. «Le huitième round des négociations de Vienne vient de commencer», a tweeté lundi après-midi Alain Matton, porte-parole de l’Union européenne.
 
Après 5 mois gelés, ces négociations ont été lancées fin novembre. Elles doivent permettre de rétablir l’accord de 2015 que le président Donald Trump avait torpillé et laissé en 2018. Car, selon lui, il s’agissait du « pire accord » qu’il n’ait « jamais vu négocier », et l’avait qualifié à plusieurs reprises d' »horrible » et de « risible ». De son avis, il faciliterait, au contraire, à l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. Une position partagée par l’État hébreu, ennemi juré de l’Iran.
 
Donc, le véritable enjeu de ces négociations est la réintégration des États-Unis et la levée des sanctions contre l’Iran. Car, en laissant l’accord sous l’administration du président Trump, les américains ont rétabli, en même temps, une panoplie de sanctions contre le régime iranien. «Aujourd’hui, un nouveau cycle de pourparlers s’ouvre. La question des garanties et de la vérification sont à l’ordre du jour», a précisé lundi le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian. Ces propos sont rapportés par l’agence de presse officielle IRNA.
 
Téhéran, par le biais du porte-parole du ministère des affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, a fait savoir que son pays conseillait à tous les participants de venir à Vienne dans l’objectif d’obtenir « un bon accord ». Car, selon lui, l’Iran ne souhaite pas perdre son temps.
 
Considérant le rythme avec lequel Téhéran mène ses activités, principalement l’enrichissement d’uranium qui est déjà à 60%, les États-Unis et la France ont exhorté les iraniens de ne pas faire durer les négociations au risque de rendre l’accord de 2015 désuet. Cependant, la République Islamique, elle, assure qu’elle n’avait, en aucun cas, l’intention d’enrichir son uranium au-delà de 60%. « Nos objectifs en matière d’enrichissement d’uranium sont de répondre à nos besoins industriels », a précisé le porte-parole de l’organisation. D’ailleurs celui-ci a toujours démenti les informations selon lesquelles le pays cherche à se doter de l’arme nucléaire.
 
L’accord initial sur le nucléaire iranien est un accord rentré en janvier 2016, mais qui a été signé en juillet 2015 entre les P5+1(5 grandes puissances du Conseil permanent de sécurité des Nations-Unies: la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie. Plus  l’Allemagne), l’Union européenne et l’Iran. Cet accord permettait la levée des sanctions qui étouffent l’économie iranienne. En contrepartie, la République Islamique réduisait ses activités nucléaires et donnait le plein accès à l’ONU par le biais des inspecteurs de l’AIEA à tous ses sites.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker