CélébritéInternationalsociétéUSA

Quand la patronne Sara Blakely fait preuve d’«altruisme» envers son personnel

(TripFoumi Enfo) – Femme d’affaires américaine et fondatrice de Spanks, Sara Blakely s’est distinguée comme l’une des meilleures patronnes du monde. Elle offre à ses employées une enveloppe de 10 000 dollars chacune et 2 billets d’avion de première classe pour aller n’importe où dans le monde.

Née en février 1971, Sara Blakely a fait la couverture du magazine Forbes en mars 2012 comme étant l’une des plus jeunes milliardaires du monde.

L’entreprise de Sara Blakely, Spanx, fondée en 2000 pour produire des sous-vêtements gainants, comporte 750 employées, toutes des femmes. Elle a avoué que son premier investissement s’évaluait à 5 000 dollars pour matérialiser son idée à Atlanta en Géorgie. Après environ vingt ans de travail, son exploit est plus que satisfaisant.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Faisant preuve d’altruisme en partageant à chacune de ses employées 10 000 dollars et deux billets d’avion pour voyager n’importe où dans le monde, Sara Blakely est surnommée « la meilleure patronne du monde ».

La société de Sara Blakely, Spanx, a récemment été évaluée à 1.2 milliard $ après que la société d’investissement Blackstone en a acheté une action.

Si certains PDG utiliseraient cela comme une chance de passer des vacances luxueuses, Sara, elle, voulait que son personnel ait cette même possibilité. Elle n’a pas seulement visé l’accroissement de son entreprise, elle a opté également pour le bien-être de ses subalternes avec qui elle devrait partager le succès, en tant qu’une réussite collective.

Aujourd’hui, l’entreprise de Sara ne produit pas seulement des culottes gainantes, on trouve la marque de Spanks sur des pantalons, des vêtements de sport et une gamme pour les hommes.

L’expérience de Sara comme humoriste et une fille qui cherchait à proposer aux femmes des habits qui portent le germe d’une émancipation féminine a fait que ses produits sont en vogue aux États-Unis.

« Pour moi, l’échec signifie ne pas essayer », est le dicton de Sara, qui croit dans le travail et qui aime prendre des risques calculés en business. Pour elle, le rêve n’a pas de limite, en investissant 5 000 dollars, elle espérait un chiffre d’affaires de 20 millions de dollars, aujourd’hui elle a plus qu’un milliard.

L’important dans cette affaire, c’est que Sara Blakely, en tant qu’une américaine, ne se laissait pas emporter par le flux du capitalisme qui vise à maximiser le profit, quelle que soit la condition. Mais, elle priorise le bien-être de ses collaboratrices en tant qu’humain.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker