Développement

Haïti, à la merci des dons!

(TripFoumi Enfo) – Haïti passe pour être un pays essentiellement agricole. Ce qui sous-entend qu’il devait être en mesure d’assurer sa souveraineté alimentaire. Depuis quelques années, le vent est en train de tourner. L’on remarque de moins en moins de la part de l’État la ferme volonté de faire avancer le secteur agricole. Et les résultats ne tardent pas à se faire sentir. L’on s’accroche alors aux dons pour survivre.

Haïti a reçu un don de 1000 tonnes métriques de riz. Cette aide sociale s’inscrit dans le cadre d’aider le gouvernement haïtien à faire face aux défis les plus pressants. Elle est adressée aux familles haïtiennes les plus démunies afin de leur permettre de subsister.

La semaine écoulée, Taïwan a fait un don de 1000 tonnes métriques de riz à Haïti. Cette question a fait couler beaucoup d’encre et interpelle chaque Haïtien quant à l’avenir du pays d’ici quelques années. C’est une gifle en plein visage pour la nation quand on sait que l’Artibonite, le grenier du pays, a la capacité de produire en quantité le riz.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

L’agriculture haïtienne se heurte à de grandes difficultés et devient de moins en moins compétitive. Si dans le temps le gouvernement exportait du café, du cacao, du vétiver, de la mangue, aujourd’hui seule l’exportation de la mangue subsiste et menace de s’éclipser faute de marché.

Par ailleurs, les produits importés inondent le marché national. l’État a réduit presqu’à zéro les barrières douanières relatives à l’importation. Notre agriculture agonise et l’État s’affaire à l’achever à petites doses.

Les terres fertiles abondent à travers le territoire national. De la Vallée de l’Artibonite aux plaines de Maribahoux et des Cayes, des sols arables attendent d’être ensemencés. Plus de 60% de la population œuvre dans le secteur agricole et constitue une main-d’œuvre disponible si les conditions de production tendent à s’améliorer.

En dépit de tout cela, le peuple haïtien se trouve en insécurité alimentaire. Les productions nationales n’arrivent pas à satisfaire la demande de la population. Les autorités concernées ne se sentent nullement préoccupées par cette situation précaire ou du moins ne font rien pour faire avancer les choses.

Comme échappatoire, les autorités s’appuient sur l’insécurité qui règne et qui bascule bien des exploitants dans le besoin. Sans scrupules, elles courbent l’échine pour quémander avec fierté alors qu’elles pouvaient tout mettre en œuvre pour juguler la crise sociopolitique.

À l’horizon, l’avenir d’Haïti se dessine très sombre. L’on tente de nous inculquer la culture de demander la charité pour survivre. Les dirigeants doivent trouver au plus vite la bonne formule pour nous éviter de sombrer dans le néant. C’est encore possible.

Wislin Altaïr Prévil

@⁨Dodley Vincent Journaliste⁩ @⁨Maykyena⁩ @⁨Senet TFE 2⁩ @⁨Theriel⁩

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker